Qu’est-ce que le travail collaboratif ? Comment cela fonctionne ?

http://travailler-a-domicile.fr/travail-a-domicile/quest-ce-que-le-travail-collaboratif-comment-cela-fonctionne/

Dans cet article nous allons répondre à la question : qu’est-ce que le travail collaboratif ? Vous voyez souvent le terme « travail collaboratif » apparaître sur certains sites ? Vous entendez de plus en plus parler de ce mode de travail à la télévision ? Hier, un collaborateur ou un collègue vous a parlé de « travail […]

Cet article Qu’est-ce que le travail collaboratif ? Comment cela fonctionne ? est apparu en premier sur Travail a domicile.

Simplifiez-vous la vie avec un turc mécanique

http://www.optimiser-mes-finances.fr/simplifiez-vie-turc-mecanique/

A la recherche d’un moyen efficace et bon marché pour réaliser efficacement certaines tâches pour votre commerce sans vous ruiner ? Alors vous serez sans nul doute séduit par le turc mécanique. Ce service inédit permet à des employeurs de soumettre des tâches nécessitant une intervention humaine sur une plateforme de crowdsourcing. Celles-ci sont ensuite… Lire la suite »

The post Simplifiez-vous la vie avec un turc mécanique appeared first on Optimiser Mes Finances.

Devenir concierge en ligne

http://travailler-a-domicile.fr/idees-travail-a-domicile/services-externalises/devenir-concierge-en-ligne/

Avec l’augmentation croissante du nombre d’hommes d’affaires qui voyagent dans le monde, il existe une grande demande pour des services de conciergerie en ligne. Grâce à internet, vous pouvez proposer de nombreux services et en plus les clients peuvent communiquer avec vous directement sur votre site internet. Voici comment cela fonctionne : les clients vous […]

Cet article Devenir concierge en ligne est apparu en premier sur Travail a domicile.

Pourquoi une StartUp ou un entrepreneur fait finalement FinishDown ? – Partie 1

http://www.conseilsmarketing.com/promotion-des-ventes/comment-se-faire-connaitre-quand-est-une-startup-partie-1

Réussir son projet de création d’entreprise ou sa startup est un parcours semé d’embûches… Parfois il s’agit d’erreurs qu’il aurait été possible d’éviter dès le départ, comme par exemple : “la fausse

The post Pourquoi une StartUp ou un entrepreneur fait finalement FinishDown ? – Partie 1 appeared first on ConseilsMarketing.fr.

Le bouton souligné et justifié a disparu dans WordPress 4.7… comment le remettre ?

http://www.conseilsmarketing.com/autres-conseils-marketing/le-bouton-souligne-et-justifie-disparu-dans-wordpress-4-7-comment-le-remettre

La version 4.7 de WordPress a apporté quelques améliorations, mais de manière étonnante, les développeurs ont décidé de supprimer le bouton “souligné” et “justifier”. On se demande encore pourquoi, car

The post Le bouton souligné et justifié a disparu dans WordPress 4.7… comment le remettre ? appeared first on ConseilsMarketing.fr.

Les Offres de Stages et d’emplois de la semaine

http://www.conseilsmarketing.com/autres-conseils-marketing/les-offres-de-stages-et-demplois-de-la-semaine

Voici le Top des annonces parues sur notre site gratuit d’offres d’emplois (CDI, CDD/Missions et Stages) www.jobs-MKG.com.  Vous recherchez un travail, ces annonces pourraient vous intéresser… vous êtes recruteurs, passez vos

The post Les Offres de Stages et d’emplois de la semaine appeared first on ConseilsMarketing.fr.

De 0 à 8000 EUROS avec la VENTE de son 1er PRODUIT ! (GUITARE)

https://vivre-de-son-site-internet.com/8000-euros-produit-guitare/

Transcription – De 0 à 8000 EUROS avec la VENTE de son 1er PRODUIT ! (GUITARE) 

De 0 à 8000€ avec la vente de son premier produit avec une chaîne YouTube sur la guitare.

Maxence : Je suis actuellement avec Cyriaque Malet qui est également membre de mon club privé « Vivre de son site internet ». On va voir à travers cette étude de cas comment tu t’es lancé sur YouTube, quel a été le déclic qui t’as permis de démarrer sur internet. On va revenir un petit peu sur tous les chiffres, ça vous permettra aussi de voir qu’on peut réussir sur internet, commencer à gagner votre vie et surtout même si vous avez une audience limitée aujourd’hui. On va voir tout ça en détails.

Juste avant, cliquez bien sur le bouton « s’abonner » juste en dessous et rejoignez plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

Salut Cyriaque ! On est en direct de Malte, dans mon appartement. J’ai organisé un week-end Mastermind privé. Je te laisse rapidement te présenter, nous expliquer un petit peu tes débuts sur internet et aussi comment t’es arrivé à démarrer une chaîne YouTube et surtout, quel a été le déclic ?

Cyriaque : Salut Max et merci de m’accueillir ici. Je me présente, je m’appelle Cyriaque. J’ai un site, un blog qui s’appelle « maitriserlaguittare.com ». Je me suis lancé sur YouTube il y a six mois à peu près.

Maxence : C’était début août 2016.

Cyriaque : C’est ça. A la base, je suis guitariste. Je suis aussi prof de guitare ; j’enseigne des élèves en région parisienne. Il y a à peu près plus d’un an, j’ai lancé un blog parce que je me suis dit, j’ai envie que mon activité soit scalable et que je ne sois pas simplement limité en terme d’heures, physique avec les élèves et je voulais me lancer sur internet. Au début, c’était des articles. Ça a marché pas mal les articles parce que j’ai pu avoir une liste à peu près de 1 000, 1500 personnes à peu près.

Maxence : Tu publiais un article ou deux articles par semaine, un article tous les quinze jours ? Quel était le rythme ?

Cyriaque : Non, ma stratégie, c’était des gros articles de 4 à 5000 mots avec des…

Maxence : Grosse qualité.

Cyriaque : Voilà. Ma stratégie c’était les groupes Facebook.

Maxence : Groupes privés ou publics ?

Cyriaque : Plutôt public.

Maxence : C’est une astuce que j’avais donnée il y a très longtemps sur des vidéos. Aujourd’hui, si vous avez très peu d’audience, allez dans les groupes publics Facebook de votre thématique. Donc, ils t’ont autorisé à publier le contenu comme ce n’était pas du contenu de vente finalement ?

Cyriaque : Exactement. Ce n’est que du contenu de qualité, parce que des fois, je passais 20 heures à écrire un seul article.

Maxence : D’accord.

Cyriaque : J’ai écrit de gros articles vraiment qualitatifs. Ce qui s’est passé, une fois, j’ai eu à peu près 3 500 visites en deux jours et j’ai eu 1300 Like sur un article. Ça a un peu buzzé.

Maxence : Un beau pic. C’était sur quoi ? Les bases de la guitare….

Cyriaque : C’était : comment apprendre à mémoriser les accords, les gammes, etc. d’une guitare. C’était un article assez important, avec beaucoup de contenus et les gens ont apprécié. Après, je me suis rendu compte que les articles c’est bien, mais au niveau de la connexion avec les gens…

Maxence : C’est assez faible.

Cyriaque : Voilà. Surtout, je me suis dit : « Cyriaque, qu’est-ce que tu consommes comme contenu ? ». Et je me suis dit : « Ce que je consomme surtout comme contenu, ce sont des vidéos ».

Maxence : En gros, tu passes beaucoup de temps sur YouTube comme la majorité d’entre nous. Tu t’es dit : « Il faut peut-être que je sois moi aussi sur YouTube, parce que je consomme ce contenu. » Il y a toujours plus de personnes qui « passent leur vie » (dans le bon sens) sur YouTube.

Cyriaque : C’est ça. Et je me suis rendu compte que les articles, ça n’a pas servi à rien, parce que j’ai toujours le SEO, etc. J’ai toujours des gens qui viennent de Google. Mon site est assez bien référencé dans le milieu de la guitare mais il manquait vraiment le principal. J’ai mis vraiment du temps à m’y mettre. Du coup, ça été ma plus grosse erreur, j’ai commencé trop tard avec YouTube.

Maxence : Quel a été ce déclic, de te dire : « Je vais me montrer en vidéo, je vais me filmer. Je vais casser cette peur du jugement et du regard de l’autre », parce que c’est souvent ça le blocage numéro un.

Cyriaque : Ça a été super difficile.

Maxence : Comment tu t’es dit quand même : « Allez, je le fais quand même, même si j’ai peur ».

Cyriaque : Je me suis dit, j’ai envie de lancer un produit qui sera, de toute façon, en vidéo. Il faut que je fasse des vidéos pour m’entraîner. C’était logique qu’il faille faire de la vidéo à un moment donné. Puis, tous les produits liés à la guitare et à la musique, généralement, il y a un peu d’audio mais il y a quand même beaucoup de vidéos. Je me suis dit, il faut que je fasse des vidéos, faut que je vois si ça m’intéresse, si ça me plait. Ce que j’ai fait, au mois d’août, j’ai publié trois vidéos par semaine. Au début, c’était super compliqué, parce que je n’avais jamais fait de vidéo de ma vie, je ne savais pas comment déjà enregistrer le son, parce que j’avais le son de la guitare, le son de ma voix. Il y avait des paramètres que je ne maîtrisais pas du tout. Je n’avais jamais fait de montage. Le déclic, c’était de me dire : « Voilà, il faut que je me lance sur YouTube, parce que ça se passe sur YouTube ».

Maxence : D’accord. Tu publies tes premières vidéos. Aujourd’hui, quel est le trafic de ta chaîne YouTube ? Combien as-tu d’abonnés YouTube et combien de vidéos as-tu publiées ?

Cyriaque : J’ai publié à peu près entre 30 et 35 vidéos.

Maxence : Si c’est en cinq, six mois, ça veut dire que tu fais une vidéo par semaine ou tous les cinq jours à peu près.

Cyriaque : Ensuite, j’ai à peu près 1000 abonnés sur YouTube. Le trafic, tu veux dire le nombre de vues ?

Maxence : Oui ! En as-tu combien ? 60 000 – 50 000 vues ?

Cyriaque : Oui, je crois que c’est 50 000 vues.

Maxence : 50 000 vues. En l’espace de six mois, ça fait à peu près 10 000 vues mensuelles. Ça doit augmenter petit à petit.

Cyriaque : Oui, voilà. Et finalement, je me suis rendu compte que – on va parler de ça après – les clients de ma formation étaient essentiellement des gens qui viennent d’YouTube. Ce que je faisais dans mes vidéos, parce que quand on fait de la musique, on a besoin de partitions généralement, j’en offrais en cadeau dans les vidéos souvent, quand il y avait des partitions, je les envoyais par email à ces gens-là. Du coup, je me suis rendu compte que la liste YouTube, c’était aussi ma liste client dans la plupart du temps.

Maxence : En gros, les personnes qui ont acheté ton premier produit – sur lequel on va revenir juste après – venaient d’YouTube.

Cyriaque : Exactement.

Maxence : On ne l’a pas évoqué le site web, tu as combien de visites par jour ?

Cyriaque : Je dois être à peu près entre dans les 300 visites par jour.

Maxence : Un site web qui a grosso modo un an, 300 visites par jour ; une chaîne YouTube, 50 000 vues en six mois, 1000 abonnés et une soixantaine de vidéos. Quelle est la taille de ta liste emails et combien as-tu de nouveaux emails par jour ?

Cyriaque : J’ai des doublons parce que j’ai plusieurs listes, mais grosso modo, je dois être à peu près à 3 500 personnes.

Maxence : 3 500 inscrits à ta liste email. Ça commence à être pas mal.

Cyriaque : C’était quoi l’autre question ?

Maxence : L’autre question, parce que c’est ça la santé de votre entreprise, combien as-tu de nouveaux inscrits par jour à ta liste email ? 5, 10, 20, 25, 30 au plus ?

Cyriaque : En ce moment, c’est un peu particulier, parce que je tente la pub Facebook. Hier, pour te donner un exemple, j’ai eu 30 personnes qui se sont inscrites. Il y avait 10 personnes de Facebook et le reste…

Maxence : En organique, 20 par jour. A peu près entre 500 et 600 nouveaux inscrits par mois.

Cyriaque : Ça dépend. Je dirais entre 10 et 20.

Maxence : Environ, pour faire simple, 500 nouveaux inscrits par mois.

Cyriaque : Voilà.

Maxence : Ok. Tu as lancé ton premier produit. Comment ça t’est venu ? Quel était le tarif ? Qu’est-ce que tu as réalisé comme méthode de vente ? Explique-nous un petit peu ce passage de gratuit à payant. Vous êtes peut-être en train de vous dire : « Wow ». Dans la guitare, les domaines artistiques ou musicaux, généralement, les gens soit, ils sont fauchés, soit ils crient au scandale quand il y a du contenu payant. Toi, comment as-tu procédé à cette transition et comment ça t’est venu de créer ce premier produit ?

Cyriaque : Je pense qu’en fait, la guitare, ce n’est pas forcément un domaine où les gens n’ont pas d’argent. Déjà, pour s’acheter une guitare, il faut…

Maxence : C’est l’autre milieu artistique, en gros, ce n’était pas pour la haute gamme…

Cyriaque : Non, je dirais que c’est le milieu.

Maxence : Milieu de gamme. Une guitare, c’est combien ? Entre 1 000 et 3 000€ pour avoir une guitare à peu près correcte.

Cyriaque : Oui, à peu près. Après, il y a des guitares à 500€, etc., bien sûr. Mais généralement, je pense qu’un guitariste dépense entre 500 et 1 500€ en matériel.

Maxence : Il y a un marché. Ça me fait penser à la photo du coup.

Cyriaque : Oui, je pense que c’est un peu en dessous de la photo. Si ce sont des passionnés, ils investissent forcément. Parce que quand tu as une guitare, tu as envie d’apprendre à jouer après.

Pour revenir à ta question, en août, j’ai créé une vidéo. Septembre, je me suis dit : « Ok, il faut que je commence à réfléchir au produit ». Au fait, mon erreur à la base, c’était d’avoir été généraliste, c’est pour ça que finalement j’ai une liste assez grosse, mais je trouve qu’elle n’est pas assez qualifiée. C’est pour ça que mon objectif maintenant, c’est de plus qualifier les gens. Ce que j’ai fait, c’est qu’au lieu de faire un produit genre apprendre la guitare, je me suis focalisé sur une petite niche là-dedans qui est l’improvisation et ce que j’enseigne, c’est la guitare jazz ou de l’improvisation, les solos, etc. Je me suis focalisé là-dessus et là-dedans, puisqu’il y a pleins de produits aussi… Ceux qui font de la guitare, vous savez, il y a une quantité phénoménale de méthodes, etc. Je crois que c’est un des domaines où il y a le plus de contenu pédagogique en musique, largement. Du coup, je me suis dit : « Ok, ce que je fais, c’est de l’improvisation et dans l’improvisation, j’essaie de voir qu’est-ce que je peux apporter de différent ». Ce que j’ai fait depuis six mois après le lancement de mon blog, j’avais lancé dans ma séquence d’emails, un sondage en automatique où je ferai des exercices en plus aux gens. Ça me permettait de jauger un peu l’intérêt des gens, ce qui les intéressait, ce qu’ils attendaient, etc. Du coup, j’ai un sondage où, maintenant, j’ai plus de 900 réponses.

Maxence : Wow. 900 réponses à ton sondage. C’est énorme ! C’est que tu as un super échantillon pour lire dans la tête des gens. Vous avez deux options ; tu as utilisé soit Google docs ?

Cyriaque : Google Form.

Maxence : Voilà ; soit Survey Monkey. A vous de voir ce que vous voulez prendre. Du coup, ces 900 réponses, tu as dû voir quelques tendances.

Cyriaque : C’est ça. Il y avait l’improvisation qui revenait. Je me suis dit, ça tombe bien, parce que c’est un peu mon « expertise », donc je vais faire un produit là-dessus. Ça, c’était en septembre. En octobre, je me suis lancé dans l’écriture des exercices, les méthodes et réfléchir des séquences de tout ça. Même si j’avais forcément des idées depuis pas mal de temps, mais je les ai vraiment mises sur papiers, j’ai vraiment commencé à faire tout un travail de rédaction et d’écriture de partitions, etc.

Maxence : Concernant le lancement de ton premier produit, quelles sont les méthodes de vente que tu as utilisées ? Comment as-tu défini ton prix ? Est-ce que tu as utilisé Facebook Live, les lancements orchestrés, les webinars, les ventes flashs ? Quel était le tarif du produit et comment as-tu déterminé son prix ?

Cyriaque : J’ai fait un lancement avec quelques vidéos.

Maxence : Lancement orchestré en quelque sorte.

Cyriaque : Oui, lancement orchestré. C’était des vidéos de près de 15, 20 minutes avec vraiment du contenu, c’est-à-dire on peut lire les vidéos mais on apprend plein de choses. Ce que j’ai fait, dans les vidéos, je disais aussi qu’une formation qui allait sortir. J’avais commencé un peu à attiser les gens depuis quelque temps aussi, soit dans les emails, soit en parlant dans les vidéos. Donc, j’ai fait quatre vidéos et le tarif de lancement, c’était 97€. Maintenant, le produit est à 147€.

Maxence : Vous vous posez peut-être la question suivante, vous vous dites : « Merci Cyriaque. Combien avais-tu d’emails à ce moment-là et combien as-tu eu d’acheteurs à la fin ? »

Cyriaque : J’ai à peu près 3000 emails et j’ai eu, sur la page de lancement, 70 ventes environ.

Maxence : Gros taux de conversion. 70 ventes sur 3000 personnes, ça fait un taux de conversion d’un peu plus de 2% de ta liste. Ce qui est déjà très bon. Aujourd’hui, est-ce que tu le mets en automatique ou tu es en train de le mettre en automatique ?

Cyriaque : Je suis en train de le mettre en automatique, c’est pour ça que je suis venu à Malte. En lancement, j’ai fait à peu près 13 ou 14 ventes.

Maxence : 13 ou 14 ventes à 147€ depuis tes descriptions YouTube qui vont directement sur la vidéo de vente ?

Cyriaque : Je pense que ça vient des gens qui vont sur le blog, parce que sur le blog, il y a une page formation et les gens cliquent dessus ; mais aussi de YouTube.

Maxence : Vous vous dites peut-être : « Excellent Cyriaque ! Mais comment ça se fait que tu as fait autant de contenus extraordinaires en marketing pour un produit, au final, peu cher ; c’est-à-dire 97 ou 147€ ». Généralement, et je vous le conseille, si vous faites un lancement en quatre vidéos, c’est excellent, c’est la meilleure méthode de vente. Toutefois, je vous le déconseille quand c’est un tarif inférieur à 250 ou 300€ pour une raison toute simple. Je pense que tu as dû y passer pas mal d’heures certes. Ce qui est magique, c’est que ton audience a reçu énormément de valeurs, mais après, dites-vous que si vous faites soit un webinar ou conférence en ligne, un Facebook live ou même des ventes flashs, généralement, vous allez avoir peut-être un taux légèrement inférieur de conversion, mais par contre, au lieu de vous prendre 15 plombes (ça a dû te prendre pas mal de temps en étant en mode chinois en travaillant énormément), là, c’est très rapide.

Cyriaque : Oui, je suis tout à fait d’accord avec toi. Après justement, je me suis pas mal documenté sur le marketing, etc. depuis deux ans. J’avais entendu parler forcément du lancement orchestré et je ne savais pas exactement comment passer du contenu gratuit au payant. Du coup, c’était une transition un peu douce, on va dire. Puis, les vidéos de lancement étaient vraiment de qualité d’après ce que j’ai eu comme retour, parce que j’ai beaucoup de commentaires et j’ai eu pas mal de Likes.

Maxence : Te souviens-tu combien de commentaires as-tu eus sur l’ensemble des trois vidéos ?

Cyriaque : Je ne peux pas te dire exactement, mais je pense que…

Maxence : 100, 200, 300 ?

Cyriaque : Beaucoup moins, dans les 40, mais c’est sur YouTube. En fait, j’avais publié les vidéos en non-répertoriées sur YouTube et les gens venaient de la mailing list vers les vidéos YouTube. Donc, il y avait aussi le système de like, etc. Je crois que je n’ai eu aucun dislike sur les trois vidéos. Je n’ai eu que des likes, j’en ai eu pas mal. Je dois en voir peut-être 30, 40 et pas mal de commentaires, beaucoup plus que sur mes vidéos habituelles.

Maxence : D’accord. Les gens ont vraiment apprécié. De toute façon, comment vous apercevez si les gens apprécient ? C’est à un moment donné quand vous ouvrez les ventes ; s’ils achètent, c’est qu’ils ont vraiment aimé. S’ils n’achètent pas, c’est qu’il y a eu quelques problèmes soit dans l’offre, soit dans le lancement en tant que tel. C’est comme ça qu’on sait concrètement si les gens sont intéressés, c’est une nouvelle fois la CB, si la personne achète vos produits et services.

Pour revenir au lancement orchestré, la vidéo une, généralement, c’est la vidéo d’opportunité où vous expliquez en gros qui vous êtes plus en quoi vous devriez écouter cette seconde vidéo. La deuxième, c’est là où vous donnez le maximum, c’est la vidéo de transformation. Par exemple, dans le cas de Cyriaque, en gros, les gens doivent sortir de cette vidéo en s’imaginant savoir réaliser l’improvisation par rapport à la guitare. La troisième vidéo, c’est la vidéo de possession. Là, vous expliquez que vous êtes expert, vous répondez aux objections de différentes personnes. La quatrième vidéo, c’est la vidéo de vente où vous apportez un peu de valeur, plus, vous expliquez les bonus, l’offre irrésistible, le programme, les supports, le SAV, le package global. C’est important de l’avoir à l’esprit.

C’est excellent. Vous vous dites : « Ok, merci une nouvelle fois Cyriaque, mais quels sont les outils que tu as utilisés ? Est-ce que tu as utilisé Clickfunnels ? Est-ce que tu as utilisé autre chose ? Est-ce que tu as utilisé Stripe ? Est-ce que tu as mis un order bump, une vente additionnelle avant achat ? Est-ce que tu as mis une vente additionnelle après achat, par exemple, du coaching privé ou du coaching commun ? Quels sont les outils que tu as utilisés pour ce lancement et est-ce qu’il y a eu des ventes additionnelles que tu as mises en place ou pas encore.

Cyriaque : Pendant la période de lancement, j’ai toujours utilisé Clickfunnels, parce que je me suis dit : « Bon, je n’ai pas envie de m’embêter trop avec la technique ».

Maxence : Tu as utilisé Clickfunnels. C’est à travers une vidéo que tu as découverte ou tu en avais déjà entendu parler par le passé ?

Cyriaque : Oui, avec tes vidéos. Du coup, j’ai utilisé Clickfunnels. Pour les vidéos de lancement, j’ai juste utilisé YouTube en non-répertoriées.

Maxence : Donc là, simplicité, vous voyez et ça fonctionne aussi. YouTube gratuit, vidéo de lancement et Clickfunnels pour tout ce qui est page de vente et espace membre. Et les ventes additionnelles, est-ce que tu as mis un bump avant l’achat ? C’est un petit encart sur le bon de commande. Est-ce que tu as créé des ventes additionnelles ?

Cyriaque : Non. C’est ma grosse erreur. Du coup, j’ai commencé à mettre du coaching en plus et on verra si ça fonctionne ou pas.

Maxence : En gros, ayez toujours ça en tête. Même si vous lancez votre premier produit, on prend l’exemple de la guitare, si vous avez un produit qui s’appelle « apprendre la guitare comme un pro », vous mettez « version normale, accès pendant un an ». On prendrait l’exemple de Cyriaque, 97€ en période de lancement. « Accès à vie » donc au-delà de un an plus les mises à jour, vous pourrez très bien mettre plus 27, 37, 47€. De manière générale, un bump doit être au maximum. C’est juste une règle, mais ça dépend de chaque thématique, c’est 40% du prix global du produit. Si vous avez un produit où les gens ont, en une fois, à 500€, le bump doit être maximum 40%, donc 200€. De manière générale, maximum 40% le bump du produit. Ça pourrait être, offre normale un an ; bump-offre à vie avec 40% supplémentaires et une vente additionnelle soit du coaching commun ou du coaching privé, si aujourd’hui vous n’avez rien de tout ça. Si vous ne voulez pas faire de coaching privé, généralement on me le dit, vous mettez au moins un, vous mettez un prix ou si vous avez un coaching privé à faire, vous le faites et c’est avec grand plaisir que vous le réalisez.

Egalement, tu es membre de mon club privé « Vivre de son site internet » depuis nombre 2016, en quoi ça t’a aidé d’intégrer mon club privé ? Est-ce que c’est Clickfunnels, la vente et la création du premier produit, les webinars en ligne, Stripe ? Tu utilisais Stripe ?

Cyriaque : J’utilise Stripe, oui.

Maxence : Est-ce que c’est également YouTube, Facebook, les coachings communs ? Qu’est-ce que t’as apporté le club privé et aussi pour quelles raisons tu t’es inscrit ?

Cyriaque : En fait, je me suis dit pendant ma période de lancement : « Ok, c’est vrai que tu as fait ça, mais il va falloir que t’essaies de progresser et de t’entourer de gens qui sont déjà plus avancés ». Du coup, j’avais déjà entendu parler de Maxence, je suivais ses vidéos, etc. Je trouvais que le club privé, j’ai l’impression, me correspondait parce que j’ai, par les Clickfunnels, etc. des outils que moi, je voulais utiliser. Je crois que la première chose que j’ai faite effectivement, c’est de suivre les tutos Clickfunnels qui sont super bien faits.

Maxence : En gros, tu as pris la playlist. Si vous allez sur ma chaîne YouTube, vous allez dans playlist. Après, grosso modo, il y a playlist Clickfunnels et tu as appliqué les premiers conseils.

Cyriaque : Oui ! Après, je me suis inscrit sur Clickfunnels et je me suis dit : « Ok, Clickfunnels, c’est payant ». Il y a 14 jours d’essai, mais après c’est payant donc ça va me forcer à faire un truc de qualité.

Maxence : Ok. Bon mindset.

Cyriaque : Donc, je me suis dit qu’il faut que je fasse quelque chose, il faut que je fasse des ventes. Ça m’a poussé en fait. Après, quand j’ai intégré le club privé, j’écoutais un coaching qui durait quatre ou cinq heures. Je me suis dit : « Houla, c’est du costaud ». Du coup, je me suis dit : « On va écouter ». C’est vraiment intéressant, parce qu’il y a des profils vraiment différents mais complémentaires. Ça permet d’avoir plein d’astuces, de choses à apprendre et à appliquer. Ça m’inspire le fait d’être entouré de gens qui sont un peu sur la même longueur d’onde, même état d’esprit. Aussi simplement, voir l’expertise de Maxence, ce qu’il peut te conseiller sur tel ou tel point c’est vraiment un gros plus. Et là, le bonus avec le Mastermind à Malte, c’était excellent, parce qu’on rencontre les gens. Ça a tout de suite une autre dimension.

Maxence : Il n’y a rien qui change une rencontre en chair et on os, en physique avec les autres personnes.

Cyriaque : Oui. Internet, c’est bien, c’est génial, mais rencontrer les gens, les voir vraiment réaliser ce qu’ils font et voir qu’ils existent vraiment, c’est un gros plus. Avec le Mastermind, j’ai appris énormément de choses.

Maxence : Excellent. Vous l’avez compris, si un jour vous rejoignez mon club privé, vous aurez accès aux modules Clickfunnels, Stripe, conférences en ligne, YouTube, Facebook. Je suis en train de faire en intégralité les lancements orchestrés, lancements Ever Green. Il y a quatre heures de coaching commun de 18h à 22h une fois par mois ; vous repartez avec trois actions principales et d’autres points spécifiques. C’est important. Aussi, ce qui est bien, comme l’a évoqué Cyriaque, on est bientôt 200 membres à l’intérieur de mon club privé, c’est que vous avez quasiment maintenant toutes les thématiques : du TOIC, du coach sportif, de la guitare, de la musique. Tout ce qui est possible et imaginable en quelque sorte. Donc, il y a de grandes chances qu’il y a au moins une personne déjà qui est dans la même thématique que vous et c’est appréciable pour pouvoir échanger. Puis surtout comprendre, toi, tu fais ça sur YouTube, je vais le mettre aussi en place. Tu fais ça sur Clickfunnels, moi aussi, je vais le tester. Vraiment arriver à créer une énergie entre les différents cerveaux et surtout en fonction de votre thématique.

Pour finir sur une dernière question, quelles sont les trois principales erreurs que tu as faites au cours de l’année de lancement de ton activité et aujourd’hui tu te dis : « Wow, si j’avais su » ou bien « J’aurais été bien content qu’on m’évoque ces erreurs-là pour aller plus vite » ?

Cyriaque : Première erreur : avoir une approche trop généraliste. Donc, vraiment il faut cibler.

Maxence : Par le positionnement précis.

Cyriaque : Il ne faut pas hésiter à faire vraiment, nicher. C’est la meilleure chose à faire. Que ce soit niché, mais il faut quand même qu’il y ait des gens qui sont intéressés par ce que vous faites, mais il faut que ce soit quand même une niche dans une thématique. Par exemple moi, c’est l’improvisation dans la guitare, ce n’est pas la guitare.

Maxence : Vous avez une thématique guitare, mais ensuite dans la guitare, tu te dis : « Je vais me spécialiser dans ce point précis ».

Cyriaque : Deuxième erreur, ne pas me lancer assez vite sur YouTube.

Maxence : Si vous n’êtes pas sur YouTube aujourd’hui, c’est vraiment dommage pour vous. Vous vous handicapez, vous vous privez d’un canal de vente gigantesque.

Cyriaque : YouTube pour moi, c’est indispensable. Il faut être sur YouTube quel que soit la thématique, parce qu’on peut vraiment créer un lien avec les gens qui sont incroyables. Troisième point, peut-être ne pas avoir lancé mon produit avant. Je pense que j’aurais dû le lancer avant. Actuellement, mon problème c’est que pour faire un produit, ça me prend beaucoup de temps.

Maxence : J’imagine. Guitare, batterie, piano, se filmer, donc ça prend plus de temps que certaines thématiques.

Cyriaque : Voilà. Donc, il faut que j’essaie de trouver un processus pour que ce soit vraiment beaucoup plus facile à faire et que je puisse en sortir plus. Mais clairement, il faut avoir un produit, parce que les gens sont intéressés. J’avais des gens qui ont répondu à mon sondage : « On aimerait acheter ta méthode. Qu’est-ce qui se passe ? ».

Maxence : « Elle où ta méthode Cyriaque ? » «J’en ai pas ».

Cyriaque : Voilà, c’est ça. Donc, il faut avoir un produit.

Maxence : C’est la base. Aussi, le fait d’avoir un produit et d’encaisser vos premiers milliers d’euros va vous valider que « oui, vous aussi ». Ce n’est pas les autres, ce n’est pas les 250 vidéos que vous avez pu voir, même les témoignages de toutes les thématiques. Quand vous avez encaissé vos premiers milliers d’euros, ça va vous valider avec certitude que « oui » vous pouvez gagner votre vie sur internet. Surtout, vous allez vous dire : « Je l’ai fait. Maintenant, je sais qu’il faut que je débloque une gamme de produits, que je développe aussi mon audience ». Au moins, vous avez acquis et validé vos premiers milliers d’euros sur internet qui sont les plus durs parce qu’il y a tout à faire au démarrage. Comme l’a dit Cyriaque, trois erreurs principales à éviter :

  1. Bien se spécialiser.
  2. Etre sur YouTube. Je vous invite vraiment à faire le maximum que vous pouvez, au minimum deux vidéos par semaine.
  3. Créer et vendre votre premier produit, parce que c’est ça qui va faire une grosse différence.

Tant que vous n’avez pas encaissé vos premiers milliers d’euros sur internet, vous allez vous dire : « Oui, mais ça marche pour lui ou elle » et au final, vous avez encore des incertitudes. Je comprends, des doutes, c’est normale. Aujourd’hui, tu n’as plus de doute dans ta tête, que tu vas arriver à générer 2000, 3000, 4000, 5000€ par mois ou plus avec la guitare.

Cyriaque : Oui. En fait, moi, mon message c’est qu’il faut se lancer et persévérer. Quand j’ai lancé mon blog, pendant un an, il s’est rien passé quasiment. Pour ma chaîne YouTube, pendant quatre ou cinq mois, il ne s’est rien passé. Je construisais pour l’avenir et j’étais passionné, ça me plaisait de le faire déjà graphiquement. Il faut persévérer, se lancer, travailler dur et ça marche.

Maxence : Ayez toujours aussi ça en tête, quand vous avez votre produit ou si vous avez un chiffre… Par exemple, vous vous dites : « Je vais démarrer sur internet. Assez rapidement, j’aimerais faire les 10 000€ ». Admettons que vous créez un produit à 200€. Au lieu de vous dire, comment je vais faire pour faire 10 000€, ayez toujours ça en tête : « Combien de personnes dois-je convaincre ». C’est-à-dire dans ce cas de figure, 50 personnes. On avait eu le cas de Dialline hier, en Mastermind. L’objectif, elle voulait 100 000€ assez rapidement. Elle avait un pack. On lui a dessiné un pack à 1 000€ avec offre irrésistible. Au final, elle a besoin de convaincre 100 personnes. Moi, mon objectif, c’est de faire entre 500 000 et 1 000 000€ en 2017. Je sais le nombre de personnes que je dois convaincre et là, ça dédramatise tout. Parce que si on vous dit 500 000€, 800 000€, 1 000 000, ça fait peur, c’est la panique à l’intérieur de son cerveau. Si après, de manière intellectuelle, on redivise par le nombre de personnes que je dois convaincre… Par exemple, si Cyriaque souhaite faire 50 000€, il lance un prochain produit à 250 €, il sait qu’il a besoin de convaincre 200 personnes. Ensuite, ce n’est que des statistiques, ce ne sont que des chiffres. Si j’ai X personnes qui regardent ma chaîne YouTube, ensuite si j’ai X personnes dans ma liste email, par ricochet, en ayant un taux de conversion de 1 ou 2%, je fais ce montant-là. Ensuite, ce ne sont que des « taux de conversion » 0:30:50.0 ». C’est aussi bête que ça. C’est important de l’avoir en tête. Vous devez enlever ce tarif et vous dire : « Combien de personnes dois-je convaincre avec mon produit, mon pack, mon service, mon coaching pour aller à l’objectif final ».

Merci Cyriaque une nouvelle fois. Si vous avez aimé l’interview, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci par avance. Je vais vous mettre dans la description juste en dessous, la chaîne YouTube et le site web de Cyriaque ; ça vous permettra de jeter un œil à tout ça.

Juste avant de vous laisser, je vous invite à cliquer sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube ; ça va vous permettre d’être sur la liste d’attente de mon club privé. Si vous voulez rejoindre un jour mon club privé, vous allez savoir quand est-ce que je vais rouvrir les inscriptions. Cliquez bien sur le lien, il y a déjà bientôt 200 membres à l’intérieur du club privé et ça vous permettra de voir la vidéo de présentation aussi une conférence en ligne sur le sujet.

Si vous visionnez cette vidéo depuis YouTube ou un smartphone, il y a le (i) comme info en haut à droite de la vidéo YouTube ou encore, tout dans la description juste en dessous ; juste, vous indiquez votre prénom et votre adresse email et vous allez savoir quand est-ce que je rouvre les inscriptions prochainement au club privé.

Au plaisir et à tout de suite de l’autre côté. A très vite. N’hésitez pas à jeter un œil sur la chaîne YouTube de Cyriaque, ça vous donner un exemple.

A très vite, bye bye !

Cyriaque : Bye bye !

La relation de confiance, le super levier pour vendre plus de produits

http://travailler-a-domicile.fr/conseils-travail-domicile/prospecter-vendre/la-relation-de-confiance-le-levier-pour-vendre-plus-de-produits/

La vente basée sur l’éducation est une technique qui consiste à prendre le temps d’éduquer ses prospects sur ces offres afin d’en faire des clients avertis et de développer avec eux une puissante relation de confiance. Pour mettre en place de la meilleure manière possible cette technique de vente, vous devez au préalable porter beaucoup d’attentions aux […]

Cet article La relation de confiance, le super levier pour vendre plus de produits est apparu en premier sur Travail a domicile.

De 0 à 10 000 EUROS par MOIS en 5 MOIS en partant de 0 ? (Yann Darwin)

https://vivre-de-son-site-internet.com/10000-euros-mois-immobilier/

Transcription – De 0 à 10 000 EUROS par MOIS en 5 MOIS en partant de 0 ? (Yann Darwin) 

On veut du cash, oui, on veut du cash. Je suis actuellement avec Yann Darwin, de 0 à 10 000 € par mois. Un record avec sa chaîne YouTube. Sur l’immobilier, j’ai déjà interviewé Yann si vous suivez un petit peu la chaîne YouTube depuis plusieurs semaines. C’était à travers une étude de cas où on filmait l’écran, où on expliquait un petit peu sa rapidité sur YouTube également à la vente de son premier produit d’information, qui était de 0 à 12 000 € en un temps record en l’espace de trois mois. Aujourd’hui, tu t’es encore développé. Yann est quelqu’un qui fonce, qui passe à l’action. C’est beau à voir. Je voulais une nouvelle fois t’interviewer puisque comme c’était Screencast, on voyait les écrans, ça permet aussi d’avoir un petit peu la personnalité de la personne.

 

Juste avant, cliquez sur le bouton « S’abonner » pour rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

 

Maxence Rigottier : Salut Yann.

 

Yann Darwin : Salut Maxence.

 

Maxence Rigottier : Est-ce que tu peux rapidement te présenter, ensuite, nous expliquer comment et pourquoi tu as eu ce déclic de te lancer sur YouTube début septembre 2007 ?

 

Yann Darwin : Merci de m’accueillir ici.

 

Maxence Rigottier : On est actuellement à Malte dans mon appartement pour un week-end Mastermind que j’ai fait avec différents membres de mon club privé et ma formation patrimoine en or.

 

Yann Darwin : Oui, gros week-end de travail d’ailleurs. Je pense que ça va encore propulser le business au niveau supérieur. Moi sur l’historique vite fait, j’ai attaqué sur ma thématique l’immobilier, ma chaîne YouTube Yann Darwin, mon site internet, enfin rentable. J’aide les investisseurs à être rentables avec l’immobilier maintenant et pas dans 20 ans.

 

Maxence Rigottier : Slogan, maintenant et pas dans 20 ans, c’est simple à retenir.

 

Yann Darwin : Assez simple à retenir et assez vrai surtout, parce que j’utilise la stratégie du cash-flow qui consiste à investir et à être rentable dès le premier mois et pas être rentable à la fin de son crédit, etc. Au niveau de l’historique, j’ai attaqué ce business en septembre, mes premières vidéos.

 

Maxence Rigottier : Ce n’était pas le 14, 15 septembre ?

 

Yann Darwin : 14 ou 15 septembre 2016, ma première vidéo sur YouTube. Bien sûr, je suis investisseur depuis sept ans maintenant. J’ai pas mal d’immobilier. Je suis indépendant financièrement par rapport à ça, mais j’étais encore salarié pour me garantir, si tu veux, la possibilité d’emprunter plus facilement à la banque. Parce que quand on investit dans l’immobilier, c’est quand même plus simple quand on est salarié. Donc, je restais salarié alimentaire, on va dire, par rapport à ça.

 

Maxence Rigottier : Oui, et obtenir des gros crédits pour des immeubles et des biens immobiliers, etc.

 

Yann Darwin : Exactement, et enchaîner. Donc, j’ai lancé ce business sur internet pour aider les investisseurs. Ça a bien commencé. Je fais des formations, j’ai un club privé, et je suis parti. J’ai arrêté d’être salarié. J’hésitais déjà à sauter le pas avant par rapport à l’immobilier, par rapport à d’autres activités que j’ai, parce que je suis un peu multi-entrepreneurs comme toi Maxence, et je suis un peu déterminé à aller de l’avant. J’avais déjà failli sauter le pas. Là, j’ai sauté le pas en grosse partie grâce à ce business, parce que je me suis dit, déjà il me faut du temps. Et il faut s’y mettre, il faut se donner les moyens, puisqu’on a envie. Là, j’avais vraiment envie de faire exploser ce business-là, parce que c’est aussi ma passion d’immobilier, c’est ce que j’aime faire. J’aime apprendre aux gens à faire comme moi.

 

Maxence Rigottier : C’est ça qui est fabuleux sur internet. Vous avez développé une expertise sur un quelconque domaine. A partir du moment où vous avez ces deux critères, une communauté et une dépense annuelle moyenne correcte dans votre business précis, vous allez pouvoir le monétiser sur internet. Ça c’est assez fabuleux. Pour revenir par rapport à l’historique, ça fait grosso modo cinq mois que tu as lancé ta chaîne YouTube, combien tu as d’abonnés, combien tu as de vues, combien tu as posté de vidéos, nous expliquer tous les chiffres en détail ?

 

Yann Darwin : Les chiffres, première vidéo, tu l’as dit : 14 ou 15 septembre 2016.

 

Maxence Rigottier : Là ça fait quatre mois et demi au moment où tu as fait cette interview.

 

Yann Darwin : Quand on tourne la vidéo. J’ai 3 300 abonnés, quelque chose comme ça.

 

Maxence Rigottier : De 0 déjà à 3 300 abonnés YouTube, excellent !

 

Yann Darwin : 210 000 ou 220 000 vues, dans ces eaux-là, une page Facebook qui est en train de décoller, mais que j’ai mis longtemps à faire décoller. Là, on n’est qu’à 1 600 ou 2 000 likes.*

 

Maxence Rigottier : Environ 2 000 likes, 3 300 abonnés, 230 000 vues YouTube. Combien de vidéos tu as réalisé ?

 

Yann Darwin : Au jour d’aujourd’hui, il doit y en avoir 60 ou 62, une soixantaine de vidéos. Un club privé avec 12 membres.

 

Maxence Rigottier : Ça c’est un package à 1 000 € et plus.

 

Yann Darwin : Oui, un package à 1 000 € sur l’année avec un accompagnement sur l’année. Et une première formation qui est sortie, qui s’appelle TDR, Trouver Décider Recommencer. Pour trouver un bien immobilier, décidez si oui ou non, j’y vais, je n’y vais pas, la rentabilité, c’est une bonne affaire ou pas, et recommencer surtout, c’est ce qui est le plus important dans l’immobilier comme dans le business d’ailleurs. C’est bien de faire une première bonne affaire. C’est bien de performer, de sortir les doigts et d’y aller, mais ça ne suffit pas. Une fois qu’on est allé, il faut continuer, faire grossir la boule de neige, comme quand on prend une petite boule de neige en haut d’une colline, on la laisse dévaler, elle grossit comme dans les dessins animés. Avec l’immobilier, c’est pareil. Il faut anticiper pour ne pas être bloqué. Donc, c’est cette première formation. J’ai d’autres produits qui arrivent assez rapidement sur d’autres thèmes, les SCI, la location meublée. Il y a un gros catalogue qui va arriver pour accompagner les investisseurs.

 

Maxence Rigottier : Donc, vraiment développer ses actifs, c’est la même chose sur internet quand on vous dit, développer votre site web, votre chaîne YouTube, votre page Facebook, c’est multiplier deux ou trois canaux principaux, et ensuite, vous avez des résultats assez sympas par la suite. Je sais également dans tes vidéos que tu tutoies. Pour quelle raison, et on pourrait se dire : ça c’est dr l’immobilier, et ça ne fait pas bizarre de tutoyer ? Toi à l’inverse, a priori de ce que tu me disais, c’est que ça cartonne, c’est magique. Comment ça t’est venue cette idée et surtout, quels sont précisément tous les retours que tu as ?

 

Yann Darwin : Si tu veux, déjà premièrement, la problématique du tutoiement, c’est déjà parce que moi, je trouve ça plus facile d’apprendre à quelqu’un en étant humain, en étant comme si j’étais face à face, et en étant comme si je te parlais, comme si on est copains, on s’assoit et on boit un coup, et je t’apprends à faire quelque chose. Je trouve ça plus facile. Tu vois, je suis en train de te tutoyer, parce que j’ai tellement l’habitude. Parce que je trouve ça plus simple pour faire passer les idées et pour faire passer mes formations, raison numéro 1.

 

Après, raison numéro 2 qui n’est pas des moindres, c’est que je me mets en opposition complète avec tout ce que font mes concurrents.

 

Maxence Rigottier : C’est que tout le monde vouvoie, parce que c’est quand même plutôt un marché haut de gamme ou « corporate » l’immobilier. Là, parfait, segment d’Yann, c’est notre investisseur à nous, et du coup, on se sent plus en proximité.

 

Yann Darwin : Puis, c’est l’accessibilité. Moi je trouve que tu es bien plus accessible… Enfin moi, j’arrive à faire plus de valeur, plus de contenus en tutoyant les gens. Après, c’est aussi mon truc. Mais je ne suis pas le seul à tutoyer mon audience. Je pense qu’il faut faire le test. Toi, tu vouvoies ton audience.

 

Maxence Rigottier : Moi, je vouvoie. Mais ce que je vais faire, c’est que prochainement, je vais faire un sondage. N’hésitez pas à dire : est-ce que vous aimeriez plutôt que je vous tutoie, que je vous vouvoie, dites-le dans les commentaires.

 

Yann Darwin : Est-ce que tu veux qu’on te tutoie ?

 

Maxence Rigottier : Est-ce que tu veux que je parle tout le temps comme ça dans le futur ? Donc, n’hésite pas à le dire dans les commentaires.

 

Yann Darwin : C’est vraiment les deux raisons principales. Après, tu as aussi la raison générale, ça coupe la deuxième. Sur YouTube, même les Youtubeurs hyper connus, je parle de Norman, Cyprien, ils vouvoient les gens aussi, alors qu’ils font de l’humour, ils pourraient tutoyer les gens. En fait, tout le monde vouvoie les gens quasiment. C’est comme dans la vie réelle, dans la vie réelle, Maxence, je ne le vouvoie pas. Ce n’est pas parce qu’on fait une interview que je vais lui dire : Maxence Rigottier, vous faites un business sur internet. Non, je pense qu’on est bien plus accessible et bien plus efficace en se tutoyant.

 

Maxence Rigottier : Ça c’est quelque chose, n’hésitez pas à le dire si vous avez une chaîne YouTube. Donc, si tu as une chaîne YouTube, n’hésite pas à le dire dans les commentaires. Est-ce que tu tutoies ou tu vouvoies, et est-ce que ton audience préfère le tutoiement ou le vouvoiement ? Généralement, peut-être à part vraiment du luxe, un autre business que tu vas mettre en place. Là le vouvoiement est peut-être meilleur. Encore, c’est peut-être une idée préconçue, à tester une nouvelle fois, mais en gros, n’hésitez pas à faire ce test par rapport à ça. Tutoiement VS vouvoiement.

 

Yann Darwin : Vraiment, à tester ! Après, sur des business très nichés, très luxes, ça va être compliqué, parce que c’est vraiment une clientèle qui a besoin un peu… pas qu’on la respecte, parce que tu respectes tout le monde même quand tu tutoies, mais qu’on mette les formes, les pincettes. Ça va être niché. Mais après, je pense que sur les trois quarts des audiences et sur les trois quarts des activités sur YouTube, tu peux tutoyer les gens.

 

Maxence Rigottier : Oui, même à 90% des activités.

 

Yann Darwin : Oui, à mon avis. Après, ne le faites pas trop, parce que sinon, je ne pourrais plus le faire. Je ne me démarquerais plus.

 

Maxence Rigottier : Si vous êtes dans l’immo, ne tutoyez pas.

 

Yann Darwin : Après, il faut trouver son ton en fait, c’est aussi ça. Il y a des gens qui sont plus cash. Moi je sais que tu es cash dans ta façon de parler de l’argent par exemple. Moi je suis assez cash dans ma façon de ne pas passer par 50 chemins quand j’explique un truc. Donc, j’aime bien que ça soit facile, et que je dis, si là c’est chiant, je dis c’est chiant dans mes vidéos. Je ne dis pas : il faudrait plutôt faire comme ça. Parce que j’essaie de rester moi-même.

 

Maxence Rigottier : Et pas dans le corporate, bien à vous, cordialement.

 

Yann Darwin : Voilà, exactement. Moi perso sur mon audience en tout cas, c’est ce qu’aiment aussi les gens, la proximité.

 

Maxence Rigottier : Ça, c’est un gros plus, excellent. Par rapport à tes différents produits, là tu as lancé une offre à 397 €, combien tu as de prospects, quel est l’intérêt et pourquoi tu as mis en place aussi un tunnel de vente pour avoir des ventes en automatique ? Explique-nous tout ce processus. Pourquoi tu as un tunnel de vente ? Combien tu as de prospects et comment tu avais défini ce prix de 397 € pour ta nouvelle formation ?

 

Yann Darwin : Le prix de 397 €, c’est le prix de lancement, le prix promo. En réalité, le prix est plus important, mais ce n’est pas significatif sur la mise en place. C’est la même. L’idée, c’est d’avoir un tunnel de vente bien sûr pour emmener les gens à de « Je te connais sur YouTube, j’aime bien ce que tu fais » à « Tu peux m’aider à aller plus vite, à aller plus fort, à aller plus loin, à dépasser mes objectifs, à investir, à gagner de l’argent, etc. » Pour arriver du début à la fin, forcément, il faut mettre en place une séquence. Tu ne peux pas prendre ton téléphone, et appeler les gens un par un et dire : ça ne te dirait pas de faire ma formation. Ce n’est pas possible. Il n’y a que le tunnel de vente qui permet de faire ça sur un grand nombre de personnes. Moi actuellement, pour te donner des chiffres, sur ma liste, je dois avoir 3 000 personnes. Ces 3 000 personnes, j’ai nom, prénom, e-mail, etc. Ces gens-là vont passer à un moment ou à un autre, ça dépend comment ils sont rentrés dans ma liste, par quel moyen, mais ils vont passer tous par mes offres. Soit, on va leur envoyer d’abord des vidéos, soit là j’ai un livre qui sort très vite. Donc, ils vont avoir le livre gratuitement. Ils vont avoir des vidéos, ils vont avoir du contenu, ils vont avoir des conseils, ils vont avoir des interviews, des mises à jour. Des fois, quand il m’arrive un truc dans l’immobilier, je dis c’est un truc, j’achète un truc. Je l’explique aussi sur la newsletter. Enfin, c’est des gens qui sont vraiment rentrés dans mon univers, et que je vais faire avancer. Le principe du tunnel de vente, c’est d’automatiser un certain nombre de tâches pour partir de « Je ne te connais pas » à « Je suis client chez toi ».

 

Après, je pense que ces tâches-là, tu as plein de moyens, tu n’as pas qu’un tunnel en fait, moi je n’ai pas qu’un tunnel. Il faut s’adapter aux gens, de où ils rentrent, de comment ils rentrent. C’est difficile de répondre à ta question en restant général et en rentrant dans les détails. Dis-moi ce que tu veux savoir en termes de chiffre ou en termes de… ?

 

Maxence Rigottier : En gros, ça te permet aujourd’hui d’avoir des revenus journaliers ou tous les deux jours. C’est ça la beauté, tu n’as pas encore ton catalogue de produits.

 

Yann Darwin : La beauté à ce niveau-là, oui. C’est-à-dire qu’automatiquement, c’est vrai que tu n’as pas besoin de faire un gros lancement et dire aux gens : ok, c’est parti, C’est aujourd’hui, la formation elle sort. Non, si la personne elle rentre aujourd’hui, elle pourra acheter la formation peut-être dans cinq jours. La personne qui rentrera dans trois semaines, peut-être qu’elle mettra aussi cinq, six ou sept jours à acheter la formation, parce qu’à son rythme, elle va vivre tout le découlé, d’apprendre à me connaître, d’apprendre à connaître ce que je fais, d’apprendre à connaître mes produits, que je lui donne d’abord des conseils, et ainsi de suite. Dans le sens de l’automatisation comme ça, c’est vrai que c’est intéressant, parce que tu touches plus de monde. Quand tu veux aider du monde, tu as envie de toucher plus de monde, et donc, c’est vrai que c’est automatique plus ou moins, mais on automatise une partie de la communication avec lui.

 

Maxence Rigottier : Ça, c’est très appréciable. Tu as dis juste avant que tu étais en train d’écrire un livre, pour quelle raison ? Ça va te donner ce statut d’auteur. Pour quelle raison et comment tu fais pour écrire ces bouquins ? Est-ce que tu écris une page par jour ? Deux pages par jour ? Est-ce qu’à un moment donné, une journée précise, tu as l’inspiration et là tu fais dix pages ? Comment tu t’organises dans l’écriture de ce livre ?

 

Yann Darwin : Déjà pour le livre, j’ai suivi une formation, parce que ça ne s’invente pas, il y a plein de trucs. Moi-même, je fais des formations, je forme des gens, je suis coach, etc. Ça ne m’empêche pas moi-même de me faire coacher, moi-même de suivre des formations, moi-même de venir à des Mastermind. Parce que peu importe où tu te situes dans la vie, tu peux toujours apprendre. Moi, je ne savais pas écrire un livre. Donc tu dis : ok, je vais écrire un livre, par contre, comment on fait ? Je n’y arriverai jamais, c’est impossible d’écrire un livre. Pour l’instant, il fait 90 pages. La version 1 fera… une centaine de pages. Ça fait peut-être 40 000 mots. Ça commence à faire du contenu. Je me suis dis : comment je fais ? J’avais fait une formation qui m’a appris, et je l’ai plus ou moins suivi, je l’ai quand même dans les grandes lignes suivi. Après, je l’ai un peu adapté à moi-même, comme on fait tous. Si tu veux, j’ai essayé d’écrire tous les jours, ou si ce n’est pas tous les jours très régulièrement, un peu. Parce que tu ne peux pas, je pense, te poser et dire : ok, j’écris pendant huit heures d’affilée, je fais cinquante pages. Moi, je n’y arrive pas. Ce que j’ai fait, c’est que je me posais une heure, et je faisais 1 000 mots, 2 000 mots, 3 000 mots. J’essaie de tourner à 3 000 mots par jour à peu près. J’avais fait le calcul que si je faisais 3 000 mots par jour, ma limite basse, c’était 30 000 mots pour avoir quand même déjà un livre. Parce que 30 000 mots, une fois que c’est mis en page et tout, ça va faire 60, 70 pages, tu vois. Donc, ça commence à être un livre. Je me suis dit : je vais faire ça dix fois, et j’aurais un livre. En fait, 3 000 mots déjà, ça ne paraît pas beaucoup, mais c’est énorme. Tous les jours, au fil du temps, j’ai réduit. En fait, je faisais 500 ou 1 000 mots par jour.

 

Après, ce que j’ai fait, c’est que j’ai écrit d’une traite sans me relire. Donc, comme ça venait, automatique, d’une traite… Une fois que j’avais complètement fini, j’ai recommencé du début. J’ai relu ce que j’avais écrit, et j’ai fait un peu plus de mise en page, un peu plus de mises en forme, corrigé les fautes une première fois, une deuxième fois, remise en page, re-fautes… Là, je suis dans la troisième et la dernière, où je repasse encore le contenu. Je rajoute des trucs, j’en enlève d’autres. Je donne un exemple, je me suis mis un petit astérisque : *« aller chercher la référence », parce que des fois, il y a un exemple que je connais, mais je ne peux pas dire aux gens juste, la vérité c’est ça et ne pas mettre un chiffre. Si je dis : les taux d’intérêt c’est tant, il faut que je vérifie que je mette le tableau, les taux d’intérêt, c’est tant, etc.

 

C’est en plusieurs passes en fait. Et c’est vrai que c’est très long. Moi je pensais le finir en un mois. J’ai dit aux gens : ok, ça arrive. Après, en deux mois, j’ai dit : ok, ça arrive. Et là, ça fait quatre mois.

 

Maxence Rigottier : Là, tu as déjà une centaine de pages.

 

Yann Darwin : J’ai une centaine de pages. Et là, la version 1, je vais l’envoyer. Je reçois des mails tous les jours, j’en ai encore reçu un tout à l’heure. Yann, il est où ton livre, on l’attend. C’est quand tu le sors, le livre ? Il arrive. Ce que j’ai pris le parti de faire, c’est de faire une version 1 qui va être gratuite. A partir du moment où…

 

Maxence Rigottier : Pour être dans ta newsletter ou dans ta liste e-mail ?

 

Yann Darwin : Dans ma newsletter. On s’inscrit d’ailleurs, si ça t’intéresse, tu vas sur ma chaîne, tu t’inscris. Tu es dans ma newsletter, tu recevras le livre. Quand on regarde la vidéo, il sera peut-être sorti. Donc, cette version 1 sera gratuite, et après, je vais le faire évoluer, parce que bien sûr, quand tu écris un livre, tu reçois des commentaires de gens. On n’a pas compris ça, tu ne vas pas assez loin.

 

Maxence Rigottier : Tu pourrais rajouter ça pour le faire apparaître dans le livre.

 

Yann Darwin : Exactement, je vais le faire évoluer et grossir, jusqu’à je ne sais pas.

 

Maxence Rigottier : Qu’il soit le plus complet possible.

 

Yann Darwin : Qu’il soit le plus complet possible, ou alors, qu’il ne soit pas pareil que les autres, parce que c’est encore beau d’écrire un livre, mais si tu écris un livre, c’est le même que 50 000 livres sur le sujet. Des livres sur l’immobilier, il y en a énormément. J’essaie aussi de me démarquer aussi sur ce que je dis à l’intérieur.

 

Maxence Rigottier : Ce qui est très bien, c’est que tu arrives sur le marché, boom, tu te lances à fond sur YouTube. Tu as un excellent actif. Pour l’autorité, là tu es en train de mettre en place un livre, qui est excellent. La majorité des gens, vous l’avez compris, quand ils écrivent un bouquin, ce n’est pas pour gagner de l’argent, c’est essentiellement, un, avoir de l’autorité, l’expertise perçue. Vous êtes auteur, ça fait très puissant. Et aussi, un autre élément, vous rentrez, notamment si c’est ensuite un livre physique, dans la vie réelle des personnes. Donc, les gens ils ont votre livre chez vous. Donc ça, c’est très appréciable et très puissant.

 

Pour revenir, quand on s’est rencontré au Webdeux Connect, tu es membre aussi de mon club privé Vivre de son site internet. En quoi, ça t’apporte d’être membre de mon club privé ? Tu es dans un Mastermind, tu es membre aussi de mon club privé. Vous l’avez compris, je le répète, mais bon, si vous regardez déjà des vidéos, c’est important de vous former et apprendre. Moi-même, j’investis plus de 75 000 € au cours des quatre dernières années dans les coachings, séminaires, formations, ateliers. Tout le monde fait la même chose, pourquoi ? Vous économisez tant, vous avez directement le chemin de A à Z. Après, bêtement, vous recopiez et vous l’adaptez aussi en cas de besoin à vous. C’est aussi bête que ça.

 

Yann Darwin : Tout à fait, le premier investissement, je pense que c’est l’investissement sur toi et sur nous. Quand tu investis sur toi-même, tu investis sur l’apprentissage, tu investis sur gagner du temps. De la motivation aussi, parce que quand tu es tout seul dans ton coin, tu n’es pas motivé. Là cette année moi, je pense que je vais finir à 30 000 € à la fin de l’année, de formations, Mastermind, rencontres, etc. Quand tu mets 30 000 € sur toi-même en coaching, en formation, tu n’as pas envie de te rater déjà. Tu as la motivation, tu as des outils, tu donnes tout. Tu mets du cash, tu récupères du cash. C’était quoi ta question ? Du coup, je l’ai zappé.

 

Maxence Rigottier : Alors, tu es membre de mon club privé depuis début novembre 2016, en quoi ça t’apporte le club privé. Je me souviens, la facturation strike, il y avait les webinaires. Explique-nous un petit peu qu’est-ce que tu as déjà utilisé en club privé ?

 

Yann Darwin : Ton club privé, ce qui est bien, c’est qu’il est réactif, super réactif. Maxence, tu es réactif, ton frère est réactif, ton assistant est réactif. Tu as une question, tu n’as plus de question. Moi, j’ai posé des questions techniques sur des points qui m’emmerdent. Parce que moi, mon business, c’est d’aider les gens et d’aider les investisseurs et de faire avancer dans l’immobilier. Moi la facturation, ça me gonfle. L’administratif, ça me gonfle. Je n’arrive pas à faire une facture, je suis bloqué. Quel logiciel tu peux me conseiller ? Maxence, vidéo.

 

Maxence Rigottier : Le logiciel Quaderno, on fait le tuto dans le club, parce qu’on n’avait pas fait sur le module Strike. Tu l’as appliqué maintenant. Toutes tes factures sont déléguées. A partir du moment où il y a un paiement, la personne reçoit en automatique sa facture.

 

Yann Darwin : Tu as deux options de ciblage, soit elle la reçoit, soit tu la fais envoyer. On l’a fait sur demande. Mais bref, l’idée, c’est vraiment que oui, c’est ça, tu fais avancer le groupe en fait. Parce que moi, je pose une question, mais tout le monde la voit. Et Max fait un tuto derrière pour expliquer comment on fait, et tout le monde le voit. Pendant X années et X mois, cette information, elle va servir à d’autres gens. C’est pareil d’ailleurs dans nos business et dans les business, dans ton business YouTube ou ce que tu veux. C’est-à-dire que tu donnes une information, tu donnes du contenu, tu donnes de la valeur, tu crées des bonnes choses pour les gens qui les aident. Tu ne les crées pas pour une fois. Tu les crées plein de fois et pour plein de personnes. C’est ça qui est génial, parce que je coache aussi des gens en live dans la vraie vie sur l’immobilier. On s’assoit sur une table, on est deux. Je fais avancer une personne. Ok, je la fais avancer vite, je la fais avancer fort. Par contre, je vais avancer une personne. Je fais la même chose et je me filme. Je peux faire avancer 100 personnes, 1 000 personnes, 10 000 personnes. C’est ça la force d’internet, de ton club privé comme de YouTube comme de plein de choses. C’est vrai que ça m’apporte… il ne faut pas hésiter. C’est de l’investissement.

 

Maxence Rigottier : En fait, la magie d’internet, comme l’a parfaitement dit Yann, c’est la dématérialisation et l’impact. C’est-à-dire que vous le savez, si vous vendez votre temps, une heure de coaching, comme il l’a dit, vous aidez une personne. Vous l’aidez bien, vous faites votre travail parfait, extraordinaire. Par contre, ce même contenu s’il est filmé, soit du contenu gratuit sur YouTube, vous avez au moins des centaines de milliers si vous avez du succès pour exactement la même phrase, les mêmes contenus, les mêmes mots, c’est juste que ça a été filmé. Pour vos produits, c’est la même chose, que vous ayez un client ou 5 000 clients, hormis du support et hormis, en termes de coaching commun et de suivi personnalisé, ça change. Mais sinon, c’est pareil. La vidéo, on va prendre l’exemple du tuto de Quaderno de Stripe. J’ai bientôt 200 membres dans mon club privé. Que je la fasse pour via une personne pour 200. Moi ça me prend le même temps. Sauf qu’elle est utilisée et visible par l’ensemble des clients. C’est ça qui est assez grandiose. C’est pour ça aussi que vous entendez souvent des chiffres qui peuvent vous paraître fous en termes de succès de certains infopreneurs sur le web. Vous vous dites : encore lui, il fait des millions. C’est grâce à cette dématérialisation et aussi la création de valeur avec des coûts extrêmement faibles. C’est ça qui est assez magique. C’est aussi pour ça qu’autant de gens réinvestissent dans de la publicité, dans de la délégation, et également dans des événements.

 

Yann Darwin : Puis internet, c’est comme la vraie vie finalement, c’est les mêmes gens, sauf qu’ils sont concentrés au même endroit. Si on devait faire internet, YouTube dans la vraie vie, il faudrait qu’on prenne un stade et qu’on les jette par hélicoptère. Parce que tu touches 100 000 fois plus de gens. Dans la vraie vie, tu peux remplir le stade de France de gens, tu vends ton produit, tu fais un séminaire, tu toucheras toujours moins de monde qu’une journée sur YouTube. C’est ça qui est dingue. Forcément, si tu touches plus de monde, tu es plus susceptible d’avoir des clients au milieu, et tu es plus susceptible d’aider plus de gens, et tu es plus susceptible d’aller plus vite et de passer ton business toujours au niveau supérieur, et de passer ton expertise, et toi d’apprendre plus vite, etc. C’est pareil que la vraie vie pour moi. Sauf que ça va plus vite.

 

Maxence Rigottier : Absolument, c’est juste souvent, des fois, en un an, vous vous ce que vous avez accompli, déjà, tu te dis : vous imaginez, j’ai interviewé Yann il y a six mois, vous allez même sur sa chaîne YouTube, je crois que c’est marqué 25 août 2016. Il y a six mois, tu n’existais pas.

 

Yann Darwin : Sur internet, je n’existais pas.

 

Maxence Rigottier : C’est juste incroyable et pourtant bien réel, c’est ça qui est assez impressionnant.

 

Yann Darwin : C’est marrant ce que tu dis, parce que tu prends n’importe qui dans la vraie vie, qui est hyperconnu, s’il n’a pas de présence internet, il n’existe pas. Tu peux être le meilleur consultant business que tu veux, Maxence tu ferais le même boulot dans la vraie vie, en dur, tu n’existerais pas, tu ne nous regarderais pas toi qui nous regardes, et tu ne ferais pas les mêmes chiffres parce que tu ne pourrais pas toucher autant de clients, c’est impossible.

 

Maxence Rigottier : Il nous faudrait, en gros, toute ma vie pour arriver avoir une petite clientèle.

 

Yann Darwin : Tu travaillerais beaucoup plus. Tu aurais beaucoup plus de frais, beaucoup plus d’assistants. C’est un accélérateur. C’est comme l’argent un peu internet. C’est marrant, le parallèle. L’argent, souvent on dit que c’est un accélérateur, c’est-à-dire que ça ne change pas la vie, mais c’est juste qu’il accélère tout, il multiplie tout. Par exemple, si tu es con, tu as plus d’argent, tu seras plus con. Si tu es intelligent, tu seras plus intelligent. Si tu es voyageur, tu voyageras plus. Si tu aides les gens, tu aideras plus les gens. Si tu fais des dons, tu feras encore plus de dons, et ainsi de suite. C’est un multiplicateur. Internet, c’est pareil, je trouve que c’est un multiplicateur. Si dans la vie, tu fais du business, tu fais de l’immobilier, tu vas en faire plus. Ça va multiplier, ça te multiplie, tu te multiplies.

 

Maxence Rigottier : C’est ça qui est assez grandiose. Lancez-vous si vous ne vous êtes pas lancé, utilisez plusieurs supports, ça va vraiment une différence énorme.

 

Pour finir sur une dernière question, vous vous dites peut-être : merci Yann pour ton enthousiasme. Quel est le one thing au cours des 12 prochains mois ? Là, on a bien compris que tu avais propulsé ton activité en un temps record. Souvent, tu aimes bien me vanner en me disant : Maxence, je te défonce dans un an, tes chiffres, boom, je les explose complet. En gros, quel est ce one thing que vous pouvez également appliquer dans votre business, que tu vas mettre là au cours des 12 prochains mois ? Est-ce que c’est la publicité Facebook ? Est-ce que c’est de l’achat massif dans des régies publicitaires ? Est-ce que c’est développer un catalogue de produits ? Quel est en gros ce pilier qui va t’amener dans un an, on te revoit, on se dit : waouh, il n’est plus le même, Yann ?

 

Yann Darwin : C’est dur comme question, parce que c’est plein de facteurs qui se tirent les uns et les autres, et qui se compensent. S’il n’y en avait qu’un, je dirais : continuez à faire plus de contenus.

 

Maxence Rigottier : Parce que vraiment, on dit souvent contain skin, pour vraiment avoir du contenu, de la valeur…

 

Yann Darwin : Plus de contenus, plus de vidéos, plus de formations, plus d’apprentissages, apporter plus de valeurs aux gens, ce n’est pas ton audience, mais peu importe l’audience, même moi, je tutoie les gens.

 

Maxence Rigottier : Comme ça, vous avez la différence.

 

Yann Darwin : Mais je ne sais pas ton audience, mais l’audience, elle recherche quelque chose. Elle recherche des infos. Si tu lui donnes beaucoup, si tu lui donnes plus que ce qu’elle venait chercher, si tu donnes énormément d’infos, qu’elle dit : waouh, mais ce mec, il est fort dans ce qu’il fait, il nous donne plein d’infos, il est bon, je m’y identifie et j’aime bien ce qu’il fait. Ça marche. Donc, je pense que contenus, contenus et contenus. Moi en tout cas, c’est ce que je vais faire. Là je ne fais plus assez de vidéos, je vais refaire plus de vidéos, parce que je me rends compte que je n’en fais plus assez. J’en faisais une par jour, après, j’en faisais trois par semaine, parce que je n’arrivais plus à tenir. Mais là du coup, je n’en fais plus assez, donc je vais en faire plus. Je vais faire plus de Facebook live, je vais faire plus de YouTube live, je vais faire plus de formations pour étoffer mon catalogue. Je vais étoffer ce bouquin. Je veux faire du contenu, je vais faire un séminaire du contenu, et je pense que c’est la base de la pyramide, et c’est la première pierre qui te fait découler tout le reste, qui te ramène des gens. Parce que tu peux acheter de la pub, au bout, tu n’as pas de contenu, ça ne sert à rien. Tu peux investir sur un site internet magnifique, avoir des prestataires, avoir des assistants, tout ce que tu veux, si tu n’as pas de contenu, tu ne feras pas de vente, tu n’auras pas de fan, tu n’auras personne sur ta page. Pour moi, c’est vraiment le contenu.

 

Maxence Rigottier : Ayez toujours ça en tête, donnez, donnez, donnez ! Et par ricochet, vous allez recevoir. Ça va être juste grandiose pour vous. Ça c’est très important. Une nouvelle fois, systématiquement, c’est une question de priorité. Quand vous êtes organisé, vous tournez par pack les différentes vidéos. Si vous êtes notamment sur YouTube, ça va faire une grosse différence.

 

Merci une nouvelle fois. Si tu as aimé cette vidéo, cette interview, clique sur le petit pouce juste en dessous. Je te remercie par avance.

 

Yann Darwin : Tutoiement.

 

Maxence Rigottier : Je fais un petit changement. Et je te donne mon cadeau de bienvenue. Il y a un lien dans la vidéo YouTube. Clique sur ce lien, ça va te rediriger vers une autre page, où il suffit juste d’indiquer ton prénom et ton e-mail. Tu reçois ma vidéo bonus, ton cadeau de bienvenue directement dans ta boîte e-mail. Si tu regardes cette vidéo, soit depuis ton Smartphone ou depuis YouTube, il y a le « I » comme info en haut à droite de la vidéo ou encore « Tout » dans la description. Je vous invite à découvrir aussi ce que fait Yann. Ça va vous inspirer. Surtout, si tu as des conseils en immobilier à demander, Yann, n’hésite pas à aller voir Yann Darwin. Ça va être bon.

 

Yann Darwin : Gros pilier de l’investissement aussi, enfin, gros pilier d’enrichissement aussi du mobilier, notamment pour les entrepreneurs. Parce que qui dit entrepreneur dit argent, et dit placement, et dit immobilier.

 

Maxence Rigottier : Les gros piliers dans l’immobilier, ça en fait partie, c’est clair. Allez, à tout de suite de l’autre côté dans ta boîte e-mail, ou sinon, à tout de suite dans les liens de la description pour découvrir le travail de Yann. À tout de suite, bye bye !

Comment être une FEMME BUSINESS dans 1 marché MASCULIN ? (Dialine Feuillet)

https://vivre-de-son-site-internet.com/femme-business-marche-masculin/

Transcription – Comment être une FEMME BUSINESS dans 1 marché MASCULIN ? (Dialine Feuillet) 

COMMENT OSER PRENDRE SA PLACE ET ETRE UNE BUSINESS WOMAN DANS UN MARCHE MASCULIN ?

 

 

Je suis actuellement avec Dialine Feuillet. On est actuellement à Malte. On va voir tout ça en détail dans cette vidéo.

 

Juste avant, cliquez sur le bouton « S’abonner » pour rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

 

Donc, salut Dialine, tu es également membre de mon club privé Vivre de son site internet. J’ai voulu t’interviewer, parce que vous le savez, vous avez certainement des hommes, 90% du temps sur internet qui réussissent. Mais il y a aussi pas mal de femmes, et tu en fais partie. Donc, tu vas nous expliquer un petit peu comment arriver à percer dans un marché où il y a pas mal d’hommes.

 

Maxence Rigottier : Salut Dialine !

 

Dialine Feuillet : Bonjour Maxence. Merci de ton invitation.

 

Maxence Rigottier : Est-ce que tu peux rapidement te présenter pour les personnes qui ne te connaissent pas et qui se disent : qui es-tu ?

 

Dialine Feuillet : Je suis Dialine Feuillet, je suis la fondatrice du site Osez-vous ! J’aide les femmes entrepreneuses à se démarquer pour attirer leurs clients, qui n’attendent qu’elles. Donc, je les aide au quotidien à travailler sur leur positionnement, leur visibilité, leur légitimité, tout ça pour qu’elles puissent gagner en confiance en elles et en leur business.

 

Maxence Rigottier : Alors, quand est-ce que tu as démarré sur internet ? Et comment ça t’est venu cette idée de se mettre en ligne ?

 

Dialine Feuillet : Là en fait, je dépasse ma cinquième année, où je suis à mon compte, et où j’accompagne des personnes en coaching. Par contre, c’est récent mon lancement sur internet, parce que ça date de l’année dernière.

 

Maxence Rigottier : Tout au démarrage avant, business en dur. Assez rapidement, tu t’es dit : pour dématérialiser, pour réduire tes coûts, pour impacter plus de monde, internet, c’est royal. Vous touchez instantanément tout le marché francophone, et surtout, vous pouvez gérer votre activité depuis n’importe où dans le monde. Actuellement, on est chez moi pour un Mastermind à Malte. C’est ça qui est magique, c’est qu’on peut vraiment tout gérer depuis n’importe où sur la planète, à partir du moment où il y a une connexion internet. Donc ça, c’est vraiment appréciable.

 

Quels sont les principaux conseils que tu donnerais à une femme ? Il y a de plus en plus de femmes qui rejoignent mon club privé ou qui regardent ma chaîne YouTube, et qui se disent : waouh, il faut être geek pour percer sur internet. Oui, mais voilà, un tas de raisons X, Y ou Z en excuse en quelque sorte pour quand même se lancer dans un marché, l’infopreneuriat qui est masculin.

 

Dialine Feuillet : Oui, en fait, c’est vrai qu’on peut avoir beaucoup de croyances, tu parlais de il faut être geek. En fait, c’est la croyance liée à la technique, c’est-à-dire qu’il faut que je sache faire un site, il faut que je sache faire un blog. On parle de référencement, on parle de landing page. Tous ces mots-là peuvent faire peur. Mais en fait, il faut juste vous lancer, il faut juste faire les choses pas à pas. Il faut savoir qu’aujourd’hui, il y a beaucoup d’outils qui sont pratiques, faciles, rapides. Il y a des tutoriels. Donc la technique en fait, finalement c’est très accessible aujourd’hui.

 

Maxence Rigottier : Surtout, si vous voulez vraiment « démarrer de zéro », l’idéal une chaîne YouTube, ça c’est grandiose, parce que ça fait péter toutes les techniques. Ensuite, vous utilisez soit un outil comme Clickfunnels que je vous recommande pour avoir les pages de capture, éventuellement faire des conférences en ligne, et instantanément vous faites péter les différents blocages qui ont lieu vis-à-vis de la technique, les plug-ins et tout ce qui va avec ?

 

Dialine Feuillet : Pour ta deuxième question par rapport au côté masculin, effectivement je suis à Malte avec toi, dans ton Mastermind. Je sais qu’il y a des femmes qui sont dans le groupe, et je suis la seule femme ici présente. Donc, ce n’est pas forcément désagréable. Tout le monde est adorable avec moi. Mais en fait, je me demande pourquoi? Où est-ce que vous êtes et qu’est-ce que vous faites en tant qu’entrepreneuse ? Pourquoi vous ne vous déplacez pas ? Pourquoi vous ne saisissez pas ces occasions d’avoir, avec vos mentors, vos coachs, qui vont vous apporter plein de conseil ? Un Mastermind, ça veut dire qu’il y a aussi les autres participants qui ont une expertise complémentaire différente. Donc, ça apporte énormément. Pourquoi vous n’allez pas dans les soirées de networking ? Pourquoi vous n’êtes pas sur la scène quand il y a des événements ? Parce que maintenant que vous avez créé votre activité, ce n’est pas pour rester dans l’ombre. A un moment donné, il faut oser prendre votre place, oser vous déplacer, oser mettre en place des actions qui vont vous permettre d’avoir une entreprise à la hauteur de vos rêves. Et ça m’anime, parce que c’est important pour moi de vous booster, de vous tirer vers le haut, de vous aider à prendre votre place tout simplement, que ce soit dans un milieu masculin ou féminin. Mais en tout cas, une chose est certaine, c’est qu’il y a de la place pour vous. Donc, à vous maintenant de savoir si vous voulez la prendre ou pas.

 

Maxence Rigottier : Complètement, j’avais déjà réalisé d’autres personnes, je pense à Nina Baus, Sonia Pereira sur la chaîne YouTube ou Nathalie Cariou. Grosso modo, il y a une femme sur deux en termes de population évidemment. Vous avez, quelles que soient les thématiques, des dizaines de formateurs hommes. Pourtant, sur le marché clientèle audience, vous avez quasiment une personne sur deux qui est une femme, donc c’est 50/50. Du coup, si vous avez une femme, vous avez un marché énorme, parce que comme le disait dans la vidéo Sonia Pereira, comme tu le dis parfaitement, vous êtes différentes. Il y a aussi des mots des hommes, on peut dire en rigolant comme le viol ou des choses comme ça, ça ne fait rien dans la tête d’un mec. Dans la tête d’une fille, ça va vraiment l’impacter, c’est une autre différence. Donc, les femmes comprennent mieux les femmes, et les hommes, mieux les hommes. Sauf que la concurrence, elle est à zéro si vous êtes une femme. Du coup, vous avez très facilement la possibilité de vous démarquer et d’oser pour percer dans votre marché.

 

Quelles sont les trois principales erreurs que tu as faites par le passé ou que tu dis maintenant ? Si j’avais eu ces trois conseils-là, je ferais certainement une activité fois deux, fois cinq, fois dix ou plus.

 

Dialine Feuillet : La première erreur, déjà c’est celle qui vous touche pour beaucoup, c’est de ne pas oser vous montrer, de penser que maintenant vous êtes certifiée, diplômée, vous allez peut-être trouver un local, mettre une plaque, et que les clients vont venir à vous. Non, ça se passe très rarement comme ça. Il faut vous lever, il faut avoir un site, il faut être sur les réseaux sociaux. Il faut vraiment mettre en place des actions. Souvent, quand on parle de ça, les clientes que j’ai accompagnées me disent : oui, mais j’ai peur de me montrer. Mais il n’y a pas de risque.

 

Maxence Rigottier : Alors, comment tu casserais cette objection ? J’ai peur de me filmer, de montrer ma tête sur internet.

 

Dialine Feuillet : En fait, dans un premier temps, parfois, vous avez peur de vous montrer, parce que vous n’êtes pas au clair sur votre expertise et sur votre positionnement. C’est pour ça que je te disais tout à l’heure, j’aide les entrepreneuses à se démarquer, parce qu’on va travailler justement sur vos freins, vos croyances qui vous empêchent de vous rendre visibles, mais aussi, qui vont vous amener à avoir un positionnement clair, à travailler sur votre visibilité, à renforcer votre sentiment de légitimité, donc à arriver à l’étape où ça sera un vrai plaisir pour vous de vous montrer, parce que vos clients n’attendent que vous.

 

Maxence Rigottier : Ton slogan et ta marque, si vous allez un jour chez toi , c’est vraiment pour aller chercher votre positionnement pour vous démarquer de tout ce qui se fait dans votre thématique précise, et évidemment, ça va faire une différence gigantesque par rapport à tout ce qui se fait dans la thématique de votre business, de votre projet. Ça c’est important de l’avoir toujours en tête.

 

Dialine Feuillet : Exactement ! Après, ce n’est pas tellement une erreur, mais c’est des choses qui m’ont fait perdre du temps. C’est le fait de ne pas aller en ligne suffisamment rapidement. Mais attention, tout le monde n’est pas obligé d’aller en ligne. J’accompagne autant des personnes qui sont en ligne et hors-ligne. Par contre, mesurez bien la puissance des outils en ligne pour vous faire accélérer votre visibilité. Je vais donner par exemple les réseaux sociaux, mais une chaîne YouTube, un blog, le fait de faire des articles invités avec d’autres personnalités. Tout ça, c’est de la visibilité qui se fait sur internet, parce qu’aujourd’hui, plus de 90% des utilisateurs passent d’abord sur internet avant de faire quelconque achat en dehors d’internet. Donc, c’est vraiment mesurer cette puissance-là, et puis si besoin, vous y mettre pas à pas.

 

Maxence Rigottier : Ça, c’est une grosse différence. Egalement, je sais que tu as investi, comme moi, dans des formations, des séminaires, des coachings. Quelle est l’importance, pour toi, de te former ? Egalement, tu es membre de mon club privé « Vivre de son site internet » depuis début novembre 2016. Qu’est-ce que ça t’a apporté concrètement de rejoindre mon club privé et également, aussi par ricochet, d’investir dans les formations, les coachings, des ateliers sur l’aspect business internet dans ton activité ?

Dialine Feuillet : En fait, c’est très important. Je me rends compte que sur une année, « je suis tout le temps en formation ». J’ai toujours quasiment une formation en cours, mais attention, je n’enchaîne pas les formations. Quand je fais une formation, je la termine toujours, je vais jusqu’au bout sans quoi, je ne recommence jamais de formation. Je n’ai pas de formations qui se superposent et je ne craque pas ; je n’ai pas de formation coup de cœur. Le genre « Je viens d’en acheter une et ah, elle est géniale, il faut que j’y aille ». Donc, c’est très important de vous former, d’appliquer ce que vous apprenez, sinon c’est juste de l’argent jeté par les fenêtres. En fonction, si vous en avez beaucoup ou pas, je vous conseille de mieux l’investir si vous en avez. Et puis, ce que m’apporte le fait d’être dans des clubs privés, d’avoir des coachings privés, évidemment, ça accélère ma réussite. En me lançant sur internet, en un an, j’ai démultiplié mon chiffre d’affaires, mais parce que j’y ai mis les moyens, parce que j’ai acheté des formations, parce que j’ai rejoint des clubs privés, parce que j’ai eu des bons coachs, parce que j’ai fait des choix, je suis passée à l’action. Les choses ne viennent pas comme ça, en tout cas, pas à ma connaissance. Mais si vous mettez en place les bonnes pratiques comme par exemple vous former et puis vous entourer de gens qui sont au niveau où vous avez envie d’être, forcément, c’est très inspirant et vous vous développez beaucoup plus vite.

Maxence Rigottier : Ayez toujours ça en tête, si vous voulez percer dans un point précis, que ce soit SnapChat, Pinterest, Instagram, Youtube, Google, Facebook, le e-commerce, etc., toujours vous former. Vous prenez des formations sur le sujet, vous les appliquez, vous obtenez des résultats et ensuite, vous réinvestissez. Toujours avoir ça à l’esprit. Dans le Mastermind, on a parlé pas mal de Linkedin, un formateur qui maîtrisait a priori ce sujet. La personne va acheter la formation, l’appliquer, obtenir des résultats et ensuite réinvestir. C’est comme ça que ça se passe, c’est comme ça que j’ai fait, c’est comme ça que tu as fait, c’est comme ça que tout le monde fait. Mentor + Coach + Formations + Communauté = succès. Ayez toujours ça en tête. Mentor + Coach + Formations + Communauté = succès. Ça, ça va démultiplier vos résultats, x 5, x10, x100, x1000 ou plus. Et ça, c’est très appréciable pour réussir ce business.

Pour finir sur une dernière question, quelle action majeure vas-tu mettre en place au cours des douze prochains mois et tu te dis : « Wow, j’ai vraiment hâte de le mettre, parce que ça, c’est  » l’avenir  » des douze prochains mois dans mon business et vous devriez aussi le mettre en place aussi ». Si tu avais une action majeure que tu vas mettre en place prochainement, quelle serait cette action ?

Dialine Feuillet : Il y a deux choses : il y a ce que je vais mettre en place pour vous. Là, je suis en train de travailler sur une formation justement pour vous aider à développer votre visibilité, à gagner en confiance et puis à vous démarquer. C’est vraiment la partie mon offre de formation mais que je prépare pour vous. Et sinon, pour mon business à proprement parler, ce que je vais faire, c’est que je vais m’occuper de ma visibilité sur ma chaîne vidéo. Je sais que mes clients, les personnes qui me suivent me demandent souvent de faire plus de vidéos.

Maxence Rigottier : Tu vas développer ta chaîne Youtube.

Dialine Feuillet : Voilà. C’est vrai que Maxence m’a un peu challengé et je t’en remercie, pour que je m’y mette et que je puisse vous faire des vidéos qui vont m’éclater, et j’espère, qui vont vous plaire.

Maxence Rigottier : Voilà. Si vous vous lancez sur Youtube, règle de base, vous ne pouvez pas en dessous des deux vidéos par semaine. Au début, au moins vous faites une fois une vidéo par jour pendant trente jours, c’est le strict minimum. Déjà pour commencer à avoir du contenu sur votre chaîne, ensuite au moins deux vidéos par semaine. Vous les tournez par pack, vous pouvez en faire plus évidemment par semaine mais à un moment donné, il faut que vous ayez un minimum de contenu pour plusieurs raisons. Un, commencer à être visible et deux, si une personne commence à voir pas mal de dizaines de vidéos sur vous, il y a certaines personnes qui vont accrocher. Et autre exemple, à un moment donné, on va connaître votre pédagogie, votre personnalité, votre caractère, votre expertise. Ce qui est important aussi, les promesses que vous allez déclencher pour vos différentes formations. Donc, Youtube, c’est un excellent moyen. Ensuite, quand vous avez pas mal de vidéos… On l’avait vu aujourd’hui dans le Mastermind, des petites astuces comme les écrans de fin à la fin des vidéos pour que les gens soient redirigés vers vos autres vidéos ou sur des pages de capture. Ou alors, envoyer vos prospects, votre audience sur les playlists que vous avez créés. Quand vous avez différentes vidéos sur un même sujet de votre thématique. Les personnes qui regardent une vidéo, instantanément, laisse le compteur, vidéo 2, vidéo 3, vidéo 4 et du coup, ça permet à la personne de bien consommer tout votre contenu. Quand les personnes consomment cinq, dix, quinze, vingt, trente vidéos ou plus, évidemment, elle achète. Aussi, ça me revient à l’esprit, quand on démarre…. Toi, tu fais 50% de ton chiffre d’affaires via l’affiliation, c’est aussi une possibilité. Tu peux y revenir un petit peu en détail ? Comment ça t’es venu ? Avoir fait un sommet qui t’as permis d’avoir 10 000 prospects et donc gagner 50% de tes revenus grâce à l’affiliation.

Dialine Feuillet : Aujourd’hui, vous êtes entrepreneur dans une niche et il y a plein d’autres moyens de développer vos revenus. Moi, personnellement, j’en ai trois. J’ai mon activité en tant que telle, mais j’ai fait aussi de l’affiliation. Ça, c’est de la recommandation avec d’autres…

Maxence Rigottier : De produit.

Dialine Feuillet : De produits, de formations, de services avec des partenaires de confiance. Le troisième pilier sur lequel je suis positionnée, c’est sur le pilier de l’immobilier. Je ne vais pas développer du tout ici, mais c’est simplement pour vous dire que pour avoir un chiffre qui soit suffisant pour vous, que vous soyez fière de votre activité, que vous ayez de la liberté et vraiment pas de souci financier, n’hésitez vraiment pas à vous diversifier au niveau des différentes sources de revenus, parce qu’il y en a qui sont vraiment très enthousiasmantes.

Maxence Rigottier : Ayez ça en tête. Si aujourd’hui, créer un produit vous parait compliqué, il y a toujours la possibilité, comme on vous l’a dit au début de cette vidéo, il y a de plus en plus de monde dans le marché, c’est aussi la possibilité de promouvoir des produits d’autres personnes. C’est fabuleux. Juste en envoyant des emails ou à travers les descriptions de vos vidéos Youtube, vous allez toucher des commissions et ce, d’une manière passive ou semi-passive. C’est appréciable.

Merci Dialine pour ton retour d’expériences.

Si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci une nouvelle fois, ça nous permettra d’avoir votre avis. Merci, si vous avez apprécié, cliquez bien sur le petit pouce juste en dessous et partagez la vidéo.

Juste avant de vous laisser, je vous invite à télécharger une vidéo privée, c’est une vidéo bonus où j’explique comment j’ai gagné plus de 230 000€ au cours des douze derniers mois. Il y a un lien à l’intérieur de la vidéo Youtube ; cliquez sur ce lien, ça va vous rediriger vers une autre page où il vous suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email.

Si vous visionnez cette vidéo depuis Youtube ou un smartphone, il y a le (i) comme info en haut à droite de la vidéo Youtube ou encore, « Tout » dans la description. Je mettrai également les liens de Dialine aussi dans la description. Comme ça, vous pourrez aller voir ce qu’elle réalise, si ça vous intéresse.

A tout de suite de l’autre côté pour la vidéo bonus ! Bye bye

Dialine Feuillet : Et osez !

De 0 à 350 000 EUROS en 2 ANS avec 1 APPLICATION

https://vivre-de-son-site-internet.com/350000-euros-application/

Transcription – De 0 à 350 000 EUROS en 2 ANS avec 1 APPLICATION 

Maxence : de 0 à 350 000 euros en deux ans avec une application sur le voyage des enfants. On va y revenir en détail dans cette vidéo, plus 65 000 exemplaires vendus, notamment grâce à un passage média. On va y revenir en détail dans cette interview.

 

Je suis actuellement à Aix-en-Provence avec Thiloan Kenzouré. On va voir tout ça en détail dans cette vidéo. Juste avant, cliquez bien sur le bouton « s’abonner » juste en dessous et rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne YouTube.

 

Salut Thiloan. Est-ce que tu peux rapidement te présenter ? Je t’ai rencontré dans différents événements par le passé, et notamment à travers les formations d’Alexandre Roth, Coach Média ou encore Bizclub.

 

Thiloan : salut, Maxence, bonjour à tous. Je suis Thiloan Kenzouré. C’est mon nom d’auteur. J’ai choisi ce nom pour mon édition jeunesse puisque j’ai beaucoup de cordes à mon arc. Comme je fais énormément de choses, j’ai voulu me spécialiser dans l’édition jeunesse sous ce nom d’auteur.

 

Maxence : je vous parle généralement de Google, de YouTube, de Facebook. J’interviewe aussi des personnes qui réussissent avec Instagram, un site de e-commerce, encore Ali Express, Shopify ou encore que sais-je, vraiment des tas de possibilités. Internet, c’est l’eldorado depuis au moins 10 ans et ça continue de croître. Et je me suis dit, ça, ça va vous inspirer parce qu’il y a beaucoup de personnes qui gagnent leur vie aussi à travers des applications.

 

Moi je ne suis pas dans ce domaine, mais j’ai trouvé ton histoire inspirante. Ça va vous inspirer, vous allez voir. Si vous croyez en vous, si vous croyez dans vos projets, quelle que soit l’alternative que vous choisissez aujourd’hui, Google, YouTube, Amazon, Facebook, Instagram, Snapchat, Pinterest, Ali Express, Shopify, ce que vous voulez, vous allez réussir à partir du moment où vous êtes focus dans une stratégie pour réussir sur Internet.

 

Je te laisse nous expliquer toute cette histoire grandiose et le cheminement jusqu’au succès.

 

Thiloan : je vais commencer par cette petite anecdote que j’aime bien raconter, c’est qu’à l’époque, j’ai commencé à faire une formation sur le blogging et tout le monde me disait, oui c’est n’importe quoi, tu t’es fait arnaquer, ça ne sert à rien.

 

Maxence : c’était Aurélien Amacker si vous connaissez. Vous savez, moi j’ai démarré début 2011, il y a eu de grosses polémiques avec les produits à 2000 euros en 2011, 2012, 2013, on disait que c’était de l’arnaque. Toi, ça t’a aidé à ce moment-là.

 

Thiloan : oui, parce que très sincèrement, sans vouloir lui faire de la publicité, on n’a jamais eu l’occasion de se rencontrer, mais moi je le remercie parce que grâce à sa formation, j’ai été capable toute seule de construire mon blog, devenir-auteur-conteur.com, que j’ai un peu laissé tomber – j’avoue – parce qu’entre temps, j’ai eu tellement d’épreuves difficiles dans ma vie et tellement de choses qui ont fait que la synchronicité m’a amenée à tout ça.

 

J’ai commencé par cette formation-là, qui m’a permis d’initier à Internet, au blogging et de chercher à comprendre comment ça marchait et comment on pouvait se faire connaître.

 

Ensuite, je suis passée de cette formation à une autre formation qui est donc Formation vidéo.

 

Maxence : David Jay, que j’ai achetée en 2013. Toi, c’était en quelle année que tu as acheté Lancement Vidéo et Révolution Vidéo ?

 

Thiloan : la Révolution Vidéo, c’était en 2014, il me semble.

 

Maxence : donc un an après.

 

Thiloan : un an après Bloguer gagner. J’ai fait la formation de David Jay. Je suis montée à Cambrais, etc. J’ai rencontré de belles personnes et c’est là que j’ai appris à me présenter en vidéo, à faire mes montages. J’ai voulu acquérir ces compétences parce que pour moi, c’était important de savoir comment ça se passait, et comment on pouvait se présenter à travers la vidéo.

 

Ensuite, j’ai fait une formation supplémentaire, puisqu’à l’époque je me suis lancée dans cette grande aventure qui est l’aventure Internet. Et j’ai fait la formation de Laurent Chenot.

 

Maxence : Business 3G.

 

Thiloan : Business 3G et une autre formation qu’il avait, l’autre formation…

 

Maxence : Lead massif ?

 

Thiloan : voilà.

 

Maxence : Business 3G et Lead massif ou peut-être une autre formation ?

 

Thiloan : Lead massif, oui c’était l’autre formule. C’était Tao marketing.

 

Maxence : donc c’était encore une autre formation. Je ne les connais pas toutes.

 

Thiloan : la petite anecdote a voulu que je me suis retrouvé dans un B3G live

 

Maxence : on était au même business 3G en 2014-2015. 2014 exactement, c’était en juin 2014 à Paris. Un événement où j’étais arrivé en invité extérieur, comme je ne suis pas membre de la formation, mais j’avais acheté ma place au séminaire. Tout le monde t’avait dit : c’est une idée de chiotte, de merde parce que tu ne vas pas gagner ta vie avec un produit à 5 ou 10 euros, que ce soit un bouquin ou une application.

 

Thiloan : voilà. En fait, ce qui s’est passé au cours du séminaire, on me disait : il faut que tu sortes de ta zone de confort et c’est ce qu’on conseille à tous les infopreneurs. C’est ce que j’ai fait. A un moment donné, Laurent posait des questions et il parlait que quand on a un projet, c’est comme une grosse montgolfière et pour que la montgolfière monte, il faut délester les sacs de sable. Et il expliquait que les sacs de sable représentent nos peurs.

 

A un moment donné, ma question a été : quand on a une grosse montgolfière parce qu’on a plein d’idées, mais qu’on a de gros sacs et qu’on commence au fur et à mesure à les jeter, est-ce qu’il est réellement possible de réussir ?

Et là, Laurent me dit : dans quelle branche es-tu ?

Je lui dis : je suis dans l’édition jeunesse, dans le livre pour les enfants.

Et là, il me dit : écoute, je suis désolé de te le dire, mais c’est une idée de merde. Il me dit : je suis désolé, mais moi quand j’ai envie de dire quelque chose, je le dis. Donc on est resté là-dessus.

 

Maxence : au moins, il a été franc.

 

Thiloan : voilà, exactement. Laurent Chenot m’a dit : tu ne gagneras jamais ta vie avec un livre à 5 euros.

 

Maxence : ce qui n’est au final pas faux. Toutefois, tu as appliqué les stratégies que lui ignore et que quasiment personne n’utilise et sur lesquelles on va revenir juste après. Dans l’absolu, il n’a pas tort, parce que c’est beaucoup plus difficile de convaincre 1000 personnes à 5 euros que 100 personnes à 500 euros. C’est vraiment pour vous donner un exemple. Et toi, en l’occurrence, tu as persévéré. Mais c’était ça l’état d’esprit, on te dit : ça ne va jamais marcher ton projet.

 

Qu’est-ce qui a été ton leitmotiv, qu’est-ce qui t’a drivé quand même pour dire : je m’en fous que Laurent Chenot me dise que ça ne marche pas, je m’en fous que d’autres participants me disent que c’est de la merde, moi j’y crois et je vais réussir ?

Généralement, les gens, il n’y a même pas besoin que quelqu’un ait réussi, quelqu’un qui n’a pas réussi, on lui dit que ça ne va pas marcher, beaucoup de personnes se disent, il a peut-être raison, j’arrête.

 

Thiloan : c’est un parcours un peu chaotique et en même temps une très belle expérience. Je suis bénévole dans l’accompagnement des enfants en fin de vie, j’accompagne les familles qui ont malheureusement ce processus à vivre et qui est bien souvent très très difficile et très douloureux, et ce jour-là, je me suis retrouvée auprès d’une petite fille magnifique qui m’a dit juste avant de partir : tu sais, quand c’est l’heure de partir, le plus important c’est l’amour que tu laisses derrière toi, c’est l’amour qu’on laisse derrière soi, l’amour que tu laisses derrière toi.

 

A partir de là, je me suis dit : qu’est-ce que je veux laisser derrière moi ? Qu’est-ce que je veux qu’on pense de Thiloan quand elle ne sera plus là ?

 

Moi, c’est des histoires de contes en potentiel réussite, parce que c’est ce que j’écris. A travers mes histoires, j’essaie de redonner confiance aux enfants, parce que moi, à l’âge de 12 ans, mon professeur de français m’avait accusée de tricher. Il nous avait donnés un livre à lire et il nous avait dit : avec ce livre, vous allez faire une rédaction et vous allez donner dans votre rédaction envie de lire ce livre. Tout le week-end, je me suis posée et j’ai écrit cette rédaction avec le cœur. J’avais 12 ans. Et au moment de rendre les copies, mon professeur me dit : mademoiselle, votre rédaction est plus fameuse, mais je doute que ça soit vous qui l’ayez faite.

Et là, je n’ai pas compris sur le coup, je me suis dit : mais pourquoi vous me dites ça monsieur ? Et il me dit : dites-moi la vérité, ce n’est pas vous qui avez fait votre rédaction ? Comme c’était la vérité et que c’était bien moi qui l’avais faite, je n’avais pas à comprendre où il voulait en venir. Sur le coup, je me suis dit, pourquoi il me dit ça ? Et là, il me dit : mais dites-moi la vérité, qu’est-ce qui vous a aidée, qu’est-ce qui vous a écrit cette rédaction ? Ce n’est pas possible, c’est quelqu’un qui vous a aidée. Je lui dis : non monsieur, c’est moi.

 

A partir de là, s’en est suivi des épreuves. Quand toute ta vie, tu entends, de toute façon, un jour tu rencontreras un mari et tu t’occuperas de ton mari, tu feras le ménage, la vaisselle. Moi j’ai été élevé dans cet univers-là où j’entendais des choses qui me faisaient comprendre qu’une femme est une femme au foyer et elle n’a pas spécialement d’avenir à part devenir mère au foyer.

 

Donc, je me suis dit : ce n’est pas possible. A un moment donné, il faut qu’on aide les autres à avoir confiance en eux, parce qu’on a tendance à saper le moral aux gens. On a tendance à bloquer les gens dans leur élan et je trouve ça absolument dommage parce qu’aujourd’hui, dans l’école, aujourd’hui j’ai un petit garçon, et quand…

 

Maxence : école publique ?

 

Thiloan : voilà. Quand je l’entends parler, je me dis qu’il y a quand même un gros boulot à faire de ce côté-là. C’est un peu dommage parce que je crois que la société actuelle n’a que faire de gens épris de liberté. On a besoin de moutons. On fabrique des moutons. On essaie de ne pas rendre les gens intelligents. On essaie surtout de ne pas leur donner confiance en leur potentiel. Et c’est là où le bât blesse.

 

Et moi, ma mission de vie, c’est d’écrire des histoires et de prouver à travers mes histoires qu’il est possible de croire en soi et d’avoir confiance en soi, et quoi qu’il arrive dans la vie, de ne pas lâcher.

 

Mes histoires sont des mixtes entre un petit oiseau qui ne sait pas chanter et qui va apprendre en rencontrant un moine, et qu’il a un don. Au fur et à mesure, il va découvrir ce don qu’il a en lui, comme tout à chacun, on a tous un don à découvrir et une mission de vie à réaliser.

 

Maxence : absolument. Je fais juste un petit aparté. Pour les écoles, si vous avez des enfants, notamment si vous vous intéressez au développement personnel ou réussir dans sa vie, je vous conseille les écoles Montessori. Je pense que tu connais peut-être de nom. Pourquoi ? C’est totalement différent de l’école publique.

 

Thiloan : l’approche n’est plus la même.

 

Maxence : par rapport à ma chérie, sa petite fille est dans ce type d’école. J’ai aussi d’autres connaissances qui ont leurs enfants dans les écoles Montessori. Il y en a vraiment de plus en plus en France. Ça va vous permettre d’avoir de la bienveillance sur vos enfants. Ils ne vont pas du tout grandir avec la même capacité psychique, mentale et physique que s’ils étaient à l’école publique.

 

Souvenez-vous : les premières clés que vous devez comprendre de cette interview, c’est systématiquement vous former, que ce soit aux Etats-Unis, sur le marché français plus spécifiquement, là où vous voulez aller vis-à-vis de votre objectif. Si vous voulez gagner votre vie avec Amazon, formez-vous sur Amazon. Si vous voulez gagner votre vie avec Facebook, formez-vous sur Facebook. Si vous voulez gagner votre vie avec YouTube, formez-vous sur YouTube, etc.

 

Si vous ne vous formez pas, ça va être très compliqué. Je ne dis pas que ce n’est pas possible, mais vous perdez non seulement du temps, et c’est beaucoup plus compliqué parce que vous avez les raccourcis de la personne qui a réussi et ensuite, il suffit de copier-coller et d’adapter en fonction de votre expertise, votre savoir, votre pédagogie, votre caractère, votre personnalité, votre propre branding. Donc, ayez toujours ça à l’esprit.

 

En 2014, on te dit ça. Tu lances l’application. Explique-nous comment tu as démarché, ou du moins, comment c’est arrivé d’avoir ce premier passage télé parce qu’au passage télé, tu lances ton application, tout le monde s’en fout en quelque sorte, toutefois, passage télé et là, boum tout change. Dis-nous comment tu as fait pour être contacté par rapport à France 3 régional, Provence Alpes Côte d’Azur. Explique-nous tout.

 

Thiloan : suite à une formation supplémentaire avec Alexandre Roth

 

Maxence : sur les médias

 

Thiloan : sur les médias. Là, je décide de me lancer dans les communiqués de presse. Je prépare un communiqué de presse sur les conseils d’Alex et à partir de là, je lance mes communiqués de presse, et puis l’avant-veille de Noël, le téléphone sonne, j’allais poster mon courrier et là, je vois un numéro que je ne connais pas, je réponds. Une dame se présente et me dit : je suis l’attachée de presse de France 3, est-ce que ça vous dirait de passer à la télé le 23 au soir. Finalement, ça a été annulé. Elle a dit : finalement, on le fera le 24.

 

Maxence : la veille de Noël.

 

Thiloan : la veille de Noël. Evidemment, surprise, je dis oui, parce que je me dis que c’est vraiment une belle opportunité. Mais je n’en revenais pas. Je n’arrivais pas à croire à ce qu’il m’arrivait. Je me trouve à France 3, je me fais maquiller. On passe vraiment de l’inconnu à sous les feux des projecteurs pendant un petit court instant. C’est très plaisant, je dois dire. Je me suis retrouvée sur le plateau et l’interview s’est très bien passée.

 

Je rentre à la maison, et je ne m’occupe plus de la suite.

 

Maxence : une interview de trois minutes environ.

 

Thiloan : voilà à peu près

 

Maxence : vous connaissez si vous avez déjà regardé les informations sur France 3. Je vous mettrai un petit extrait dans cette vidéo, comme ça, ça vous montrera comment ça se passe et surtout un aperçu de ce passage média qui a transformé ta vie.

 

Thiloan : exactement. Le téléphone sonne à nouveau et là, la personne me dit : est-ce que tu as remarqué que tu as plus de 43 000 vues ce mois-là. C’était 43 000. Sur le coup, je me suis dit, comment ça 43 000, ce n’est pas possible. J’avais regardé il n’y a pas très longtemps, je devais avoir pas plus de 30 vues. Et là, 43 000, ça me paraissait improbable.

 

Donc j’ouvre mon ordi, je regarde et oui en effet 43 000. Ça a augmenté de jour en jour jusqu’à monter à 45 000 à tel point que j’étais tellement surprise que j’ai fait des captures d’écran parce qu’il faut que j’immortalise ça. J’ai bien fait d’ailleurs parce que depuis, on n’arrive plus à voir les vues, c’est dommage. J’ai vraiment la preuve de ce que je dis.

 

A partir de là, pareil, je n’ai pas cherché à comprendre. Je me suis dit waouh, c’est fou, pour une idée de merde, ça vaut le coup.

 

Maxence : tu avais eu 45 000 téléchargements en l’espace de trois jours de ton application.

 

Thiloan : voilà ce qu’il est possible de faire avec un livre à 5 euros. Si on écoute les gens qui te disent, tu n’y arriveras jamais, ou c’est une idée de merde, forcément tu enfermes cette idée dans un tiroir et tu l’oublies, tu ne peux pas savoir en fait. On ne sait jamais dans la vie ce qu’il peut arriver. Sachant que j’ai créé cette application au format papier et un format numérique avec mon iPhone, mon iPad et mon ordinateur.

 

Maxence : on va vous montrer. Je vous mettrai aussi quelques extraits.

 

On récapitule. 24 décembre 2014, tu passes dans un passage télé sur France 3 Alpes Côtes d’Azur et ensuite, dans les trois jours qui viennent, tu as 45 000 téléchargements à 5 euros. Tu as deux prix, on va y revenir juste après. Un prix à 8 euros sur l’Apple Store et un prix à 5 euros sur Google Play, si je ne dis pas de bêtises. Du coup, comment tu as défini ce tarif ? Pourquoi 5 et 8 euros et pas 6 ou 9 ? Comment tu as déterminé ce tarif ?

 

Thiloan : à la base, si tu veux, moi j’avais préparé tout le livre. Le livre était prêt, il était fait. Quand j’ai fait appel à mon développeur pour qu’il me transforme les fichiers en fichier APK, le fichier sur l’Apple Store, au début je voulais rendre l’appli disponible que sur l’Apple Store.

 

Maxence : que l’Apple Store au démarrage.

 

Thiloan : mon développeur m’a dit, non je ne suis pas d’accord, tu devrais aussi la proposer sur Google Play parce que c’est aussi une grosse plateforme donc ne te limite pas qu’à l’Apple Store. Du coup, on a fait deux tarifs différents parce que sur l’iPad la qualité n’est pas la même que sur Google Play. On a rendu cette appli disponible pour les personnes malvoyantes, puisque c’est une application disponible en audiodescription pour les enfants.

J’ai prévu aussi cette application pour les enfants qui ont de lourdes pathologies, qui ne peuvent pas se déplacer. Disponible sur tablette où que l’on soit.

 

Maxence : c’est assez fabuleux. On voit que le passage télé a vraiment transformé ton application et ce qui est bien deux tarifs, Google Play, Apple Store. Donc si vous avez des applications, je pense que vous allez certainement sur ce type de plateforme. C’est assez grandiose.

 

Et également très joli ce que tu as fait, c’est bien illustré, ça répond à une demande. C’est assez fabuleux par rapport à ça. Et tu as décidé de lancer prochainement la version 2.0 puisque tu récupères la liste des clients de ces plateformes. Tu as une liste déjà de 65 000 personnes.

 

Thiloan : voilà. Et là, je lance le tome 2 sur une plateforme de crowdfunding parce que j’ai une très belle expérience au niveau du crowdfunding. J’ai proposé ce tome 2 donc il se passe au Japon. C’est toujours mon héroïne qui veut devenir ornithologue et qui visite le pays de soleil levant, là où les nuages et les montagnes s’enlacent dans la brume. Elle va rencontrer un petit oiseau bleu, c’est le rossignol bleu du Japon. Et ce petit oiseau qui ne sait pas chanter va apprendre en rencontrant un moine à chanter. Il va découvrir son potentiel qui est caché à l’intérieur de lui en se faisant confiance.

 

Maxence : ce qui est beau, c’est que tu as déjà une liste d’audience. Tu auras peut-être 20 % des gens qui vont acheter ce tome n° 2. C’est un peu comme les différents films ou bouquins à succès, vous avez tome 1, tome 2, tome 3, tome 4, comme Harry Potter par exemple. Vous avez une ribambelle de tomes. C’est important de l’avoir à l’esprit ; et surtout quand on multiplie les offres, ça nous permet aussi d’atteindre d’autres clients. Certaines personnes vont découvrir le tome 2 et par ricochet vont acheter le tome 1. Et ça va te permettre d’avoir un business qui cartonne.

 

Thiloan : j’aime voyager dans tous les pays du monde, donc mon héroïne va se promener. Le premier, c’est au Vietnam. Le deuxième au Japon. Ensuite, elle va aller en Chine, elle va aller dans tous les pays du monde, en Afrique, parce que j’ai aussi un conte africain qui sort très bientôt, une histoire médiévale aussi. Donc j’ai le projet de lancer une grosse maison d’édition jeunesse disponible avec une web TV pour les enfants pour vraiment leur donner confiance. C’est le projet 2017, les bonnes résolutions de 2017.

 

Maxence : vous vous posez peut-être la question suivante, vous vous dites : merci quels sont les trois principaux conseils que tu donnerais à quelqu’un qui souhaiterait lancer son application, là en l’occurrence un livre au format numérique, mais on peut aussi l’écouter en version audio. Quels sont les trois principaux conseils que tu donnerais à quelqu’un qui se lance sur iTunes ou Google Play ?

 

Thiloan : testez, testez, testez. Il faut tester parce qu’on ne sait jamais quels résultats on peut avoir, et surtout pas écouter les défaitistes. Si malheureusement, on ne croit pas en sa réussite et en son potentiel, on ne peut pas aller loin. Il y a tellement de gens qui te disent, contente-toi de ton petit produit, contente-toi de ton projet, ne fais pas plusieurs choses à la fois. Ça, ce n’est pas de bons conseils.

 

Quand on est passionné par quelque chose, je pense qu’il faut vraiment aller jusqu’au bout des choses et foncer, et ne pas hésiter. Moi mon conseil, c’est : testez, testez, testez. C’est le plus important, il faut toujours tester ce qu’on veut faire. Comme je te le disais tout à l’heure, avec un iPhone, un iPad et un bon logiciel, on arrive à faire quelque chose de sympa. Moi, j’ai la chance d’être passionné de dessin et de peinture chinoise, donc je fais mes illustrations. Je me régale puisque je suis dans l’art-thérapie et ça me permet de rencontrer en même temps. J’ai rencontré mon développeur qui fait la suite de mes projets.

 

Maxence : la grosse leçon que vous devez retenir, et c’est généralement un biais que j’ai remarqué sur Internet, j’en discutais également avec Roman Paillet qui a déjà été interviewé sur la chaîne YouTube, c’est que souvent une personne qui a réussi sur YouTube va vous dire : YouTube, c’est grandiose et le reste c’est de la merde. Une personne qui réussit avec la publicité Facebook va vous dire : le blog, YouTube, c’est de la merde, ou Instagram c’est de la merde, moi c’est magique. Une personne qui réussit avec Google va vous dire : Facebook, YouTube c’est de la merde. Une personne qui réussit avec Instagram va vous dire que le reste c’est de la merde.

 

Il y a souvent un biais que j’ai remarqué, des formateurs qui préconisent seulement et uniquement leur propre chemin, alors qu’au final, vous le voyez, j’ai déjà fait des dizaines et dizaines sur différents sujets, je le répète une nouvelle fois, mais Amazon, Snapchat, YouTube, Instagram, Facebook, Google, vous avez Aly Express, les applications, un tas de possibilités et systématiquement, à partir du moment om vous écoutez les bonnes personnes au bon moment ça va fonctionner pour vous. Ça, c’est important même si on vous dit que ça ne va pas fonctionner.

 

Moi quand je me suis lancé dans le webmarketing en 2015, tout le monde m’a dit : tu es fou, c’est ultra concurrentiel, ce qui est vrai, c’est concurrentiel, mais ça ne m’a pas empêché de réussir et de percer dans ce marché. Ayez toujours ça en tête.

 

Egalement, vous vous dites, merci une nouvelle fois, mais quelles sont les trois erreurs que tu as faites et avec recul tu te dis, si on m’avait donné ces conseils, au lieu de faire 20 000, 30 000, 50 000, 60 000 exemplaires, j’en aurais fait beaucoup plus ? Quelles sont les trois principales erreurs que tu as notées et avec le recul tu te dis, j’aurais fait quand même différemment ?

 

Thiloan : première erreur, j’aurais fait partie d’un réseau. C’est important parce que rester seule devant son ordinateur, ce n’est pas la meilleure des solutions, donc il faut rencontrer du monde.

Ma deuxième erreur, c’est d’avoir trop attendu. Ça, il ne faut pas attendre. Comme je le disais tout à l’heure, il faut tester.

Et ma troisième erreur, c’est qu’à un moment donné, j’ai abandonné et ça, c’est le pire des échecs. Il y a une phrase qui dit : l’échec ce n’est pas de tomber, mais c’est d’abandonner. Donc ma troisième erreur, c’est d’avoir abandonné à un moment donné. Je me suis dit, je laisse tomber.

 

Maxence : avant de reprendre plus tard ?

 

Thiloan : oui, j’avais laissé tous mes projets au fond du tiroir et il a fallu que j’attende d’avoir plus de 43 ans pour me lancer enfin dans ma passion.

 

Maxence : c’est ce que tu m’expliquais pour la petite anecdote, la petite histoire, tu as failli mourir, je ne sais plus le nom…

 

Thiloan : j’ai fait ce qu’on appelle une EMI, une expérience de mort imminente.

 

Maxence : tu étais à deux doigts de mourir en quelque sorte et tu as survécu, un miracle de la vie, et c’est cet électrochoc, j’espère que vous allez réagir avant de vous apercevoir sur votre lit de mort que vous avez des regrets, et là, maintenant, c’est l’inverse, tu savoures la vie même quand il y a des obstacles. Ça t’embête, mais tu vas quand même le prendre du bon côté et aller de l’avant et ça, c’est assez fabuleux.

 

Thiloan : en fait, il y a une chanson que j’aime beaucoup d’Etienne Daho, c’est cette fameuse chanson où il dit : c’est le premier jour du reste de ta vie.

 

Maxence : le premier jour du reste de ta vie. Belle citation et ayez toujours ça en tête : ce que l’esprit croit et conçoit, le corps peut l’accomplir. Ce que l’esprit croit et conçoit, le corps peut l’accomplir. Ça vous permettra quand vous avez une vision ou quand il y a des choses que vous voulez vraiment réussir, c’est important de la visualiser et ensuite ce n’est pas qu’une question de temps. Ça peut prendre 6 mois, un an, deux ans, trois ans, cinq ans, mais quoi qu’il arrive, ça aura lieu.

 

Thiloan : testez, toujours testez. Et encore testez.

 

Maxence : merci une nouvelle fois.

 

Si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci par avance, merci une nouvelle fois.

 

Et juste avant de vous laisser, je vais vous offrir une vidéo bonus, c’est un cadeau de bienvenue où j’explique comment j’ai gagné plus de 230 000 euros par 12 mois avec des chaînes YouTube, des pages Facebook, des sites web. Cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo YouTube, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email. Vous allez voir la face cachée de mon business et ça vous permettra de réaliser la même chose dans votre activité. Cliquez bien.

 

Si vous visionnez cette vidéo depuis un smartphone ou YouTube, il y a le « i » comme info en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en dessous. Je vais vous mettre aussi dans la description le passage média sur France 3 ou encore l’URL de ton application, comme ça, vous verrez une vue d’ensemble si ça vous inspire pour réaliser quelque chose de similaire ou alors une inspiration pour une thématique qui n’a rien à voir, mais vous voulez faire exactement la même chose.

 

Merci une nouvelle fois et à tout de suite pour la vidéo bonus. A tout de suite.

 

Thiloan : merci Maxence.

Comment mettre vos ABONNÉS YOUTUBE dans 1 TUNNEL de VENTE ? 300 000 ABONNÉS avec Xavier IBERT

https://vivre-de-son-site-internet.com/abonnes-youtube-tunnel-vente/

Transcription – Comment mettre vos ABONNÉS YOUTUBE dans 1 TUNNEL de VENTE ? 300 000 ABONNÉS avec Xavier IBERT 

Comment mettre en place 260 000 abonnés sur Youtube dans un tunnel de vente ?

Je suis actuellement avec Xavier Ibert. On est au séminaire « Biz Club » d’Alexandre Roth.

Juste avant de voir tout ça en détails dans cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le bouton « s’abonner » et rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne Youtube.

Maxence : Salut Xavier !

Xavier : Salut !

Maxence : Tu vas nous expliquer la stratégie et surtout comment tu as convaincu – c’est dans la thématique du self-défense–, si aujourd’hui vous voulez bosser avec de gros youtubeurs pour faire le marketing et après toucher soit un pourcentage ou alors réaliser une association de collaboration. On va voir les différentes étapes mais juste avant, je te laisse rapidement te présenter.

Xavier : Moi, c’est Xavier Ibert. J’ai plusieurs sites dont un pour aider les artistes à se faire connaître via le web marketing qui s’appelle « vivredesamusique.fr ». J’avais lancé aussi différents sites dans la liste de la séduction dont celle qui avait pas mal marché s’appelait « fairerirelesfemmes.com ». Mais là, le business a vraiment pris une autre ampleur, parce que j’ai contacté une personne dans le cadre de cette interview, qui fait le sport que je pratique à savoir le self-défense et il faut savoir que cette personne-là a une chaîne Youtube qui cartonne. C’est un truc de fou. Ce que j’ai fait, tout simplement, j’ai contacté cette personne-là. Je lui ai dit : « Ecoute, je sais que tu n’as pas de tunnel de vente parce que moi, je vends du web marketing, on se connait un peu » et je me suis dit : « Je peux t’amener quelque chose ? » tout simplement, parce qu’il avait juste une petite boutique en ligne. On a juste mangé ensemble. Je lui ai dit : « Moi, ce que je peux faire pour toi, c’est ça ». Je lui ai un peu dit ce que je faisais. Au début, il ne m’a pas cru.

Maxence : Il t’a dit, la flûte…

Xavier : Il m’a dit après : « Au début, je ne te croyais pas trop ». C’est normal, forcément. La première fois que je l’ai vu, je lui ai fait : « Ecoute, est-ce que tu as une liste email ». Premier réflexe, il m’a dit non. C’est bon quoi…

Maxence : Au moment où on fait cette vidéo, il a 270 000 abonnés sur Youtube.

Xavier : Oui, c’est ça. Je t’expliquerai après comment on a fait pour en avoir autant.

Maxence : Grosso modo, le mec –c’est encore pire pour les gros Youtubeurs–, ont du monde, mais si on leur dit : « Comment tu pourrais recontacter les personnes ? Est-ce que tu as une liste d’email ? ». La réponse est non. Seulement lorsqu’ils repostent une vidéo, au final ils n’ont pas les coordonnées des gens. Donc, c’est la galère pour ensuite les recontacter.

Xavier : Oui, c’est ça. En fait, il n’y avait absolument rien. Ce que j’ai fait, je suis passé sur Clickfunnels et Stripe. Au début, j’ai juste mis les liens vers une landing page, ça mettait du temps à… on avait que des petits leads de temps en temps. Mais la première vidéo qu’on a faite, on a complètement changé l’orientation. On est vraiment passé sur du tuto un peu pratique. Genre : les cinq vices d’agresseurs, comment se défendre contre un coup de tête, etc. On a vraiment donné de la valeur aux gens. On n’est plus dans le mode spectacle comme les Youtubeurs, on est vraiment dans comment emmener de la valeur, comment aider les gens, comment les impacter. Et à la fin, ce qu’on a fait, on a fait appel à l’action sur un guide pdf et la première vidéo qu’on a faite avec l’action en disant : « Si vous aimez ce qu’on fait, téléchargez le guide », on a fait 3900 leads en un jour. Ce qui n’est pas mal.

Maxence : Généralement, il faut faire soit un partenariat ou des publicités payantes pour avoir 4000 leads dans une journée.

Xavier : Tout à fait. Et là, tous les jours, ça marche très bien, ça impacte bien et les gens sont contents. On a beaucoup de retours sur le business qu’il fait et les gens sont vraiment très réceptifs.

Maxence : Première question que vous-vous posez certainement : « Comment cette personne en self-défense a obtenu 270 000 abonnés ».

Xavier : C’est une très bonne question. Déjà, il travaille aussi avec un directeur de communication qui s’appelle Romain, qui a fait un excellent boulot sur tout ce qui est communication. Dans cet univers-là, ce qui se passe, c’est que les gens ont un site très basique, très sommaire et ce qu’il a fait, c’est qu’il a vraiment travaillé l’identité graphique, le branding a été exceptionnel, très bien fait.

Maxence : Dans sa thématique, c’est le leader, le king. C’est ce mec-là qui sort du lot.

Xavier : Tout à fait. C’est ça qui a cartonné et ça amené pas mal de connexions Youtube. Et le fait qu’on soit passé vraiment à 260 000 à peu près d’abonnés Youtube, ça été une vidéo « invitée » sur Tibo Inshape.

Maxence : Une vidéo invitée sur Tibo Inshape ? Est-ce qu’elle a payé Tibo Inshape ? Comment ça s’est passé ?

Xavier : Non, même pas. En fait, c’est Tibo qui a contacté Franck Ropers, c’est la personne avec qui je travaille.

Maxence : A combien d’abonnés il l’a contacté ?

Xavier : Il était à peu près à 100 000 déjà.

Maxence : Et à combien il est passé ? Il est passé de 100 000 à combien ?

Xavier : A 160 000.

Maxence : Plus 60 000. C’est une de mes stratégies en business, me faire recommander par un pro youtubeur parce qu’en quelques jours il a eu 60 000 abonnés supplémentaires donc gros effet de levier.

Xavier : Tout à fait. Evidemment, gros effet de levier sur la liste, les ventes et c’est un cercle vertueux qui est très bénéfique pour tout le monde.

Maxence : Ok. Dans un tunnel de vente, comment mettre en place les différentes personnes ; parce que généralement, l’audience sur Youtube, si en plus on l’habitue à du gratuit, à un moment donné, comment on arrive à monétiser cette audience, à l’éduquer pour des produits d’information et la mettre en place dans un tunnel de vente ? Quelles sont les différentes étapes et stratégies ?

Xavier : C’est une très bonne question. Nous, ce qu’on a fait, c’est qu’on a mis une vidéo directement dans la page de remerciements lorsque la personne s’inscrit. Mais aussi, on a segmenté à la base les inscrits.

Maxence : Excellent. Quels outils concrètement ? Quels segments vous avez mis en place ?

Xavier : Déjà, on peut le faire sur Clickfunnels avec différents boutons qui relient à différents click pop. C’est assez technique, mais vous pouvez nous le demander en commentaire, on pourra vous répondre sur comment le faire stratégiquement. Sinon il y a différents outils, j’utilise surveyfunnel.io, ça fait le lien entre l’autorépondeur et le quizz. Donc, ça t’évite de taper à la main : voilà, la personne s’inscrit-là, je le rentre là-dedans. Ça permet de segmenter. Mais avant de mettre ça en place, ce qu’il faut, c’est bien connaître son business, bien savoir les souhaits des gens. Mon ami Alexandre Roth a un business dans la défense personnelle et il a un sondage où il y a plus de 2000 réponses dessus. Il me l’a gentiment prêté, je le remercie. Et j’ai vu ce voulaient les gens, c’est le stress, comment avoir les techniques, est-ce qu’il fallait être imposant. On s’est dit : « Les gars, vous voulez ça, c’est simple. Vous cliquez pour recevoir le pdf. Vous avez trois solutions, est-ce que vous êtes dans tel cas ou tel cas ». Derrière, la personne rentre son mail. Nous, ce qu’on a fait, c’est qu’on a dit : « Voilà, écoute, on a très bien compris ton souhait. On a une offre à te faire, c’est uniquement là qu’on peut te faire ça ». C’est comme ça qu’on monétise le tunnel. Mais c’est vrai qu’on fait vraiment atterrir les gens sur différentes segmentations.

Maxence : L’outil, je le recommande de nombreuses vidéos, c’est Clickfunnels. Au démarrage, je suis sur le formulaire d’inscription, la capture où il y a trois possibilités. En fonction de là où la personne coche, elle rentre dans une liste précise. Pour vous donner un exemple, si vous cochez du tennis, « Réalisez des aces », vous avez des conseils pour avoir des aces. Si c’est réaliser un coup droit gagnant pour avoir un coup droit gagnant. Vraiment spécifique aux besoins de la personne qui a coché en fonction de son profil et de son avatar.

Xavier : Tout à fait. C’est exactement ça, parce qu’après tu vas t’apercevoir qu’il y a des gens qui ne veulent vraiment que des techniques purs et durs. Et après, il y a des mecs qui disent : « Oui, je suis quand même un peu stressé dans la rue, j’ai peur qu’il m’arrive un truc » ; donc tu ne vas pas forcément t’adresser de la même manière. Forcément, quand tu fais ça, tu triples tes résultats. C’est vraiment hyper impactant.

Maxence : Excellent. Une question que vous vous posez certainement, si vous vous lancez dans la recherche d’aide de gros youtubeurs : « Quelles sont les erreurs à éviter, surtout les règles à respecter ? Est-ce qu’il vaut mieux prendre un pourcentage du chiffre d’affaires ? Est-ce qu’il faut s’associer ? Quel est ton expérience ou ton cas de figure personnel à prendre en compte pour ne pas tomber dans des pièges ?

Xavier : Déjà, ce qu’il faut se dire, c’est quelle est votre passion, qu’est-ce qui vous plait ? Ne contactez-pas un youtubeur de la musculation si vous ne supportez pas ça. Moi, la défense personnelle, c’est un sujet qui…

Maxence : Ça te passionne.

Xavier : Oui, j’aime beaucoup ça. Ça me passionne, j’ai pratiqué. Je connaissais vraiment le milieu. Ce que j’ai fait aussi quand j’ai contacté cette personne-là, je suis parti dans l’objectif : « C’est une opportunité pour toi. Je peux t’aider mais gratuitement ». J’étais prêt à le faire gratuitement, je n’ai vraiment pas pensé au pourcentage ni à la rémunération. Je ne suis pas arrivé en mode : « Voilà, tunnel de vente, c’est 1500€. Tu signes, c’est à prendre ou à laisser ». Si tu es comme ça, ce serait mort et je pense qu’on ne se serait pas entendus.

Maxence : La personne aurait dit : « Tu es qui pour me dire que je peux gagner de l’argent avec mes abonnés Youtube ? »

Xavier : Oui. Je suis rentré chez moi après notre rendez-vous. J’ai fait un plan tunnel, je vais impacter comme ça ou comme ça. Après c’est la confiance, mais si vous partez déjà dans l’objectif de faire de l’argent avec des youtubeurs, de les gratter, c’est mort. N’y allez pas, parce que vous allez perdre du temps, les gens vont vous voir venir, ça ne sert à rien et ça ne vous plaire tout simplement. Alors que si vous avez déjà un business qui vous plait, qui vous passionne, forcément, ça va avoir des résultats et les gens vont faire confiance. C’est le plus important.

Maxence : Merci pour ton expérience. Vis-à-vis du tunnel, combien tu as d’emails dans la séquence ? Est-ce que c’est deux emails, cinq emails ? Mais par rapport aux différents produits que vous vendez, est-ce que ce sont des produits à 20€, 100€, 500€ ? Quel est le nombre d’emails dans les différentes séquences et également quels sont à peu près les prix, les catalogues produits que tu proposes ?

Xavier : C’est une très bonne question. Là déjà, on va refaire une formation en janvier, parce qu’on vend une formation qui s’appelle « Dix techniques pour se défendre ». On s’est aperçu que c’est un peu trop large et ce qu’on va faire c’est « Une heure pour se défendre » avec une promesse claire. On pense le vendre 37€, un 0:10:41.0 à 37,47€.

Maxence : Produit d’entrée, produit d’appel.

Xavier : Et le produit pour le stress par contre, on l’a mis un peu plus cher, à 67€. On teste pas mal les prix. On ne sait pas forcément trop comment on va piloter sur ça donc on teste, on fait pas mal de tests. Et sinon, ta question c’était la séquence ? Elle dure une semaine. Ce qu’on fait, on fait du deadline funnel. Dès que la personne s’inscrit, on lui fait une offre de promotion de six jours pour voir vraiment si ça performe bien. Après, ce sont des tests permanents, donc on ne sait pas encore sur quoi on va pivoter. Ce que j’aime bien faire, c’est de dire : « Une fois qu’il est arrivé à la séquence, à la fin, peut-être le balancer sur d’autres produits », donc on va le mettre en place. C’est quelque chose qu’on va faire. Moi, je suis GetResponse parce que j’ai quitté Aweber, j’ai fui.

Maxence : Tu n’es pas mécontent de Getresponse ?

Xavier : Oui, ça va.

Maxence : Tu es la deuxième personne après Théophile Eliet à l’utiliser. Ce que la majorité des gens utilise, soit Activecampaign, SG Autorépondeur, Mailchimp, Intraport, Infusionsoft, Clickfunnels. Mais tu es bien content de Getresponse.

Xavier : Pour le moment, ça va. Honnêtement…

Maxence : On ne m’en a dit que du bien.

Xavier : Oui, c’est Alexandre qui me l’a conseillé. Franchement, je n’ai pas à m’en plaindre, parce qu’au début je voulais faire du Actionetics mais c’est limité. Il manque un petit truc. Franchement, Getresponse, c’est vraiment bien. Ça se relie à différents trucs, c’est bien fait.

Maxence : Et vis-à-vis du deadline final, si vous ne connaissez pas, c’est ce qu’on appelle un Scarcity Samurai. C’est un bandeau chronométrique qui permet de réaliser, en fonction de la personne qui s’inscrit soit à travers l’email ou l’IP ou un cookie, de tracker. Il y a un compteur qui se déclenche. Donc, si on dit que la promo est de six jours, si la personne est arrivé à un instant T et revient dans cinq jours, c’est marqué 1 jour, 2h, 29 min et 13 sec, pour vous donner un exemple. Par contre, pour deadlinefunnels, comment tu le mets en place pour qu’il n’y ait pas ce souci de changement de navigateur et d’appareils. C’est bien pointu ?

Xavier : Oui c’est à l’opt-in

Maxence : Je pense que tu es peut-être un des seuls infopreneurs que je connaisse qui m’en parle. J’ai entendu d’autres personnes qui m’en avaient parlé mais le mettre en place concrètement… Aujourd’hui, la grosse difficulté de mettre l’urgence, notamment ce qu’on appelle le Scarcity Samurai, que tu utilises à travers deadlinefunnels, c’est généralement le souci en fonction de ce que vous utilisez comme outil, que ça traque par rapport à l’IP, le navigateur. Bref, des choses qui ne sont pas bien fiables et après, on se dit « Je nique ma réput » parce que les gens se disent : « Il se fout de ma gueule. J’ai rafraichi la page et c’est encore cinq jours ». C’est ce côté-là.

Xavier : Oui, justement, c’est ça qui est bien. On teste pas mal de trucs et c’est pour ça qu’on s’éclate bien à le faire…

Maxence : Est-ce que vous avez lancé des Youtube live ou encore des conférences en ligne ?

Xavier : Justement, on a fait un facebook live sur notre précédente formation. Ça a cartonné. On a fait la rediffusion, ça a vraiment très bien marché. La viralité, c’est vraiment quelque chose qui marche très bien surtout sur une niche comme ça. Le piège dans lequel il ne faut surtout pas tomber, c’est le côté spectacle-spectateur, genre : « Je consomme du contenu gratuit ».

Maxence : En gros, divertissement et ne jamais mettre la CB.

Xavier : Exactement, après il y a des gens, tu leur envoies des mails : « Je ne comprends pas, c’est payant ton truc » et tout. Justement là, ça permet de bien filtrer. Il faut aussi assumer les rapports de vente. On a assez amené de valeurs quand même. La personne avec qui je travaille, Franck, a fait quand même plus de 170 vidéos Youtube donc il est temps de rentabiliser ça et ne pas rougir à le faire.

Live facebook, c’est un truc sur lequel on va bien miser et en faire le plus régulièrement possible.

Maxence : Si vous voulez facebook live et youtube – il y aura aussi des live youtube avec une telle communauté.

Xavier : Oui. Il faut en faire.

Maxence : Il faudra utiliser le logiciel OBS…

Xavier : Je ne connaissais pas.

Maxence : … qui est gratuit. C’est ce que je vous invite à faire. Ça vous permet simultanément de faire un direct sur Youtube, sur facebook et si vous faites une conférence en ligne, aussi sur la conférence en ligne. C’est assez magique. C’est encore méconnu sur le marché francophone. Ça va être l’avenir, vous l’avez compris, le live. Les gens, de plus en plus, achètent de la connexion, du réel, du live. C’est un gros point positif.

Xavier : Ils ne consomment plus les médias, ils consomment du live.

Maxence : Maintenant, internet, c’est le hub. Tout le monde se connecte, je crois qu’il y a 20 000 000 d’utilisateurs. On avait vu ça dans le séminaire. Vingt millions d’utilisateurs français utilisent facebook chaque jour. C’est pour vous montrer comment tout le monde est sur facebook. C’est assez impressionnant.

Xavier : C’est énorme. Quand on me dit : « est-ce qu’il faut commencer par un blog ou quoi », je fais : « Non. Tu peux mais tu perdras du temps alors que si tu commences directement avec de la pub facebook, tu peux commencer à rentabiliser ton truc et ça marche vraiment bien ».

Maxence : Absolument. Juste pour finir sur une dernière petite question : quels erreurs tu évoquerais aux différentes personnes qui se disent… En gros : « Wow, j’ai fait cette erreur ou je vois encore cette erreur dans le démarrage d’un tunnel de vente ».

Xavier : L’erreur déjà, c’est de ne pas se lancer. C’est déjà pas mal. Peut-être d’avoir un peu trop peur, de te dire : « Oui, peut-être que ma communauté va être froissée ». Je pense qu’il faut déjà passer à l’action. Elle ne va jamais t’en vouloir à moins que tu fasses vraiment des conneries de fou. Mais, après les erreurs, ce sont peut-être manquer de ciblage, peut-être trop investir sur certaines personnes.

Maxence : Là où vous avez été bons, c’est le côté…. Je pense aussi que vous êtes les seuls en francophonie, quasiment personne ne fait vraiment du ciblage. Moi-même je ne le fais pas – à mon tort -, c’est de bien, à l’entrée, cibler. Comme on l’a dit tout à l’heure, si vous voulez ne pas être sur le tennis, mais moi j’aurais des conseils sur réaliser un ace, j’aurais des conseils pour réaliser mon revers. C’est très bien ciblé et du coup, indirectement, cette liste-là, je vais sortir un produit là-dessus ; cette liste-là, je vais sortir un produit B là-dessus et ainsi de suite.

Xavier : Toujours dans la thématique des erreurs, c’est peut-être le copywriting des pages de vente, peut-être que le produit n’est pas assez adapté. Après, ce n’est que du réglage mais le plus dur, c’est une fois que tu as lancé la machine… déjà c’est que du plaisir, à faire. Après, forcément, on s’éclate à faire des vidéos, ce n’est que du plus. Ce n’est que de l’itération, c’est tout le temps pivoter et améliorer le truc. Tout simplement. Passer à l’action, c’est le plus important je pense.

Maxence : Merci une nouvelle fois Xavier. Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci par avance et juste avant de vous laisser, pour ma part, je vais vous permettre de télécharger une vidéo bonus, une vidéo privée où j’explique comment j’ai gagné plus de 230 000€ au cours des douze derniers mois avec plusieurs sites web, chaînes Youtube ou pages facebook.

Cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo Youtube ; indiquez votre prénom et votre adresse email, vous allez recevoir cette vidéo bonus instantanément dans votre boite email. Et si vous visionnez cette vidéo depuis Youtube ou un smartphone, il y a le (i) comme info en haut à droite ou alors, tout est dans la description.

Pour retrouver la self-défense, c’est quelle chaine ?

Xavier : C’est simple. Vous tapez « Franck Ropers » self-défense, vous allez trouver. Sinon, pour aller sur la landing page, c’est defense.franck.ropers.com et vous allez télécharger le guide tout simplement. Tout est expliqué.

Maxence : Si vous êtes intéressé par la thématique, allez-y vous aurez des conseils. Je pense que ça va bien vous aider. Je mettrais tout ça dans la description juste en dessous.

A tout de suite de l’autre côté pour votre cadeau de bienvenue directement dans votre boite email et également n’hésitez pas par la suite, à jeter un œil à ce que réaliser Xavier !

A très vite, bye bye !

Xavier : A très vite. Merci !

Comment GAGNER sa VIE sur YOUTUBE avec la MÉTHODE A.R.R.C.C. (Franck Maes)

https://vivre-de-son-site-internet.com/gagner-vie-youtube-methode-arrcc/

Transcription – Comment GAGNER sa VIE sur YOUTUBE avec la MÉTHODE A.R.R.C.C. (Franck Maes)

COMMENT UTILISER LA MÉTHODE ARRCC POUR VOS VIDÉOS YOUTUBE ET PROPULSER LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT DE VOTRE CHAÎNE YOUTUBE ?

 

 

Je suis actuellement au séminaire Biz Club d’Alexandre Roth avec Franck Maes, qui est juste à côté de moi. Je vais le laisser tout simplement se présenter et il va nous expliquer également sa méthode à travers YouTube pour avoir plus de vues et surtout, bien comprendre le Mindset de rentabiliser votre marché, votre chaîne YouTube même si vous avez une audience qui est plutôt limitée.

 

Maxence Rigottier : Salut Franck ! Est-ce que tu peux rapidement te présenter. J’avais déjà interviewé Franck…

 

Franck Maes : L’année dernière.

 

Maxence Rigottier : Il y a un an dans le même séminaire.

 

Franck Maes : Exact, au même endroit.

 

Maxence Rigottier : Ah si, au même endroit à l’hôtel Mövenpick à Paris, et c’était par rapport aux vidéos professionnelles ou quelque chose du genre. Est-ce que tu peux nous expliquer un petit peu comment tu as développé ton audience depuis un an, ce que tu fais, les prestations que tu réalises ?

 

Franck Maes : Moi, je suis Franck Maes, scénariste, réalisateur, monteur depuis 2006. Je suis autodidacte, c’est-à-dire je n’ai jamais appris le cinéma. J’ai appris en travaillant beaucoup sur le tas, en faisant beaucoup de clips vidéo pour beaucoup d’artistes. Au fur et à mesure, je me suis retrouvé à réaliser des courts métrages, puis un moyen métrage qui a été distribué en DVD dans toute la France, un court métrage qui a été sélectionné au Festival de Cannes en 2009. Après, je me suis retrouvé un petit peu dans le monde institutionnel, où j’ai travaillé avec des élus locaux près de chez moi à Cergy dans le 95, où j’ai fait des films institutionnels dans la politique. Donc ça, c’était formateur aussi. Puis, je me suis retrouvé dans le monde du web entrepreneuriat où j’ai réalisé des vidéos, des campagnes marketing pour des célèbres webmarketeurs, dont par exemple Alexandre Roth.

 

Maxence Rigottier : Alexandre Roth, Cédric Anicette et Nathalie Cariou…

 

Franck Maes : Exact !

 

Maxence Rigottier : Du coup, est-ce que tu peux nous préciser point par point c’est quoi cette méthode ARRCC que tu as prédéfinie et où j’étais d’accord par rapport à l’explosion future de votre chaîne YouTube en publiant votre contenu ?

 

Franck Maes : Déjà, moi j’ai commencé ma chaîne YouTube moitié de l’année 2015, et j’avais des résultats de merde. Pourquoi ? Parce que je n’appliquais pas les bonnes stratégies. Fin de l’année 2015, j’ai décidé de tout revoir à zéro et d’appliquer…

 

Maxence Rigottier : Il y a un an grosso modo.

 

Franck Maes : Et à partir de début 2016, j’appliquais des techniques, j’ai testé plein de choses. Je me suis aperçu que je n’avais pas du tout les mêmes résultats. Je vous passe toutes les techniques qui n’ont pas fonctionné. Là ce que je vais vous dire avec la méthode ARRCC, c’est des techniques qui fonctionnent. Ça c’est la méthode ARRCC que j’ai mise au point. C’est des principes que je respecte pour ma chaîne YouTube et qui me permettent à l’heure actuelle avec 1 700 abonnés – je n’ai pas beaucoup d’abonnés, je n’ai pas beaucoup de vues, puisque je suis à 70 000 vues – mais ma chaîne YouTube me permet de gagner à peu près 1 800 €, j’ai fait mes stats avant-hier soir…

 

Maxence Rigottier : 1 800 € par mois avec 10 000 vues mensuelles ?

 

Franck Maes : Oui, ça doit être ça à peu près, 10 000 vues mensuelles.

 

Maxence Rigottier : Tu as un ROI par vue qui est plutôt intéressant.

 

Franck Maes : C’est assez important.

 

Maxence Rigottier : Alors, j’avais fait mes stats, j’étais à… il y aurait une vidéo qui va sortir sur le sujet 34,75 centimes par vue. Tu es peut-être même mieux que moi encore.

 

Franck Maes : Je dois être un peu moins même de 10 000 vues, je crois que c’est plutôt vers les 8 000 vues en fait.

 

Maxence Rigottier : 8 000 vues, 2 000 €.

 

Franck Maes : 1 800 €.

 

Maxence Rigottier : Donc, ça fait du 25 centimes par vue à peu près. Je suis un petit peu mieux que toi, mais…

 

Franck Maes : Je m’en vais.

 

Maxence Rigottier : Mais c’est du bon ROI. Sachez que d’une manière générale, les Youtubeurs, ok, ils ont des grosses vues, le ROI par vue souvent, ce n’est même pas un centime.

 

Franck Maes : Donc, la méthode ARRCC, c’est simple, c’est cinq points : le A, le R, le R, le C et le C.

 

  • Authenticité

 

Donc, pour la première lettre, le A c’est l’Authenticité. C’est la première chose à faire. Quand j’ai commencé ma chaîne YouTube, je m’étais dit, j’arrivais un peu ici dans le monde du web entrepreneurial comme un OVNI, je ne savais pas trop comment ça se passait, et je voulais faire un peu comme tout le monde : Bonjour, vous êtes bien sur cette vidéo… Alors que ce n’était pas du tout mon style.

 

Maxence Rigottier : Je suis corporate, je m’appelle Franck Maes, alors que ce n’est pas du tout comme ça ; c’est plutôt comme moi quand je pète un câble avec : on veut du cash !

 

Franck Maes : C’est ça, et tu as fait d’ailleurs, quand je te regarde, parce que ça fait un petit moment que je te connais et que je te suis. Tu avais fait les mêmes choses en fait au départ. Maintenant, tu as affirmé ton identité, ton style. Alors, il y a des gens qui ne t’aiment pas, qui disent : « Maxence, le cash, il parle trop d’oseille ». On s’en fout, il y a des gens qui t’aiment, qui te likent, qui te suivent. C’est ça le plus important, ta personnalité. Donc, c’est le A pour Authenticité. Soyez vous-même, surtout n’essayez pas de copier quelqu’un. Si vous aimez bien Maxence, n’essayez pas de faire du Maxence, parce que Maxence, c’est du Maxence. Essayer de faire du Gérard, si vous vous appelez Gérard, comme vous êtes. C’est pour ça que les gens ils vont vous suivre. Je sais que c’est dur à faire au départ parce qu’on suit beaucoup de personnes qu’on apprécie et on a envie d’avoir les mêmes résultats qu’eux, donc on dit : on va faire comme eux. Non, il ne faut pas essayer de les copier, il faut tout simplement faire des choses comme vous êtes, avec votre personnalité. Moi par exemple, je dis souvent cet exemple-là, j’ai un petit cheveu sur la langue, pour ceux qui n’ont pas remarqué. Au départ, ça me complexait, j’ai essayé de l’enlever, maintenant ça fait partie de ma personnalité. Je m’en fous, je le fais, puis tant pis, c’est ce qui me permet de me différencier. Ça c’était pour la lettre A.

 

  • Récurrence

 

C’est très important de publier à intervalle régulier sur votre chaîne YouTube. Par exemple, moi je publie tous les mercredis à 7 heures et tous les samedis à 17 heures. Donc, l’algorithme YouTube l’analyse et en fait, ça prouve au niveau de votre chaîne YouTube que vous êtes régulier. Ça c’est très bon pour l’algorithme YouTube.

 

Deuxième chose qui est très importante, c’est que vous créez un rendez-vous pour les gens qui vous suivent. Moi quand je ne publie pas le mercredi à 7 heures ou le samedi à 17 heures, je reçois des mails pour me dire : tu n’as pas publié. C’est limite l’usine. Donc, il faut vraiment créer ce rendez-vous auprès des gens. Et quand je vous dis qu’il faut être régulier, avoir la récurrence, ce n’est pas la récurrence sur un mois, c’est la récurrence sur un an au moins, minimum. C’est-à-dire que si vous vous dites : tous les mardis, je publie à 18 heures, tous les mardis, vous n’arrêtez pas de publier à 18 heures. Tous les mardis, vous publiez à 18 heures, et vous ne vous arrêtez pas pendant au moins un an pour pouvoir avoir des données et après, à un petit peu moins d’un an, vous analysez par rapport à des stats que vous avez sur YouTube. Vous regardez : votre audience est plutôt là le mercredi à 10 heures. Vous changez votre créneau. Et six mois après, vous changez votre créneau par rapport aux statistiques que vous pouvez retrouver dans votre chaîne YouTube.

 

  • Rigueur

 

Le deuxième R, parce qu’il y a 2 R dans la méthode ARRC, c’est la rigueur. Quand vous faites vos vidéos, une fois que vous êtes authentiques, une fois que vous avez la récurrence, c’est la rigueur. La rigueur, c’est avoir un bon titre. Je pense que Maxence, il va mettre un bon titre pour cette vidéo-là. Il est assez doué pour les titres. Mettre une bonne description. C’est-à-dire que quand vous mettez une description, ce n’est pas seulement quelques mots, c’est mettre une description complète pour qu’on puisse vous retrouver. D’ailleurs, je crois qu’à la base, ma description, je m’étais inspiré des tiennes pour l’espace formation.

 

Maxence Rigottier : Tout simplement, où on rebondit, soit sur une page de vente, sur une page de capture. Parce que moi, j’avais vu une stat, souvenez-vous, c’est que de manière générale, neuf personnes sur dix qui regardent vos vidéos YouTube, si vous avez minimum trois produits, vont acheter tôt ou tard votre produit. Pourquoi ? Parce qu’au bout de 5, 10, 15, 20 vidéos qu’elles ont consommées, à un moment donné, il y a une connexion, elle aime votre personnalité, elle aime votre pédagogie. À un moment donné, boom, elle va acheter. Avec l’usure, elle va baisser la garde. Vous avez donc cette personne en client.

 

Franck Maes : Donc ça, c’est la rigueur. Le titre, la description, pensez à faire vos fiches. Les fiches, c’est le petit I qui s’affiche. Peut-être que tu vas en mettre un.

 

Maxence Rigottier : Le i comme info en haut à droite de la vidéo.

 

Franck Maes : Ça c’est important de le faire, parce que non seulement, il y a deux avantages à faire le i, c’est que ça apparaît sur les Smartphones et tout ce qui est plateforme mobile. Donc ça, c’est quand même un plus, parce que la majorité des vidéos qui sont consommées maintenant à l’heure actuelle sont sur les Smartphones. Vous les regardez vous-même quand vous êtes dans le train pour aller au travail, ou aux toilettes. Donc le i, c’est très important. Et la deuxième chose qui est importante dans le i, c’est que ça génère l’interaction. Par exemple, si je dis : Dans cette vidéo (je parle d’une vidéo, je suis en train de faire la cuisine), j’ai une chaîne sur la cuisine. Aujourd’hui, j’ai fait des courgettes. Souvenez-vous, dans mon autre vidéo, je parlais de comment éplucher les courgettes. À ce moment-là, il y a le petit bandeau du i qui apparaît avec la vidéo où j’épluchais les courgettes. Ça entraîne l’interaction avec la personne qui regarde votre vidéo. Pensez bien à faire les fiches avec le i, les annotations. Vous avez toutes les infos sous la vidéo pour pouvoir faire tout ce que je suis en train de vous dire, faire les annotations aussi. C’est important, les annotations en plus des fiches.

 

Donc, faire une annotation, ça prend deux secondes, et ça permet aux gens qui vous regardent depuis un ordinateur. Vous pouvez faire une annotation sur toute la durée de votre vidéo. Ça vous prend deux secondes à faire et la personne qui avait pu voir l’annotation a juste la croix à appuyer, et c’est fini. Par contre, si elle est intéressée, elle pourra être redirigée vers une page de capture. Le dernier point à faire, c’est la retranscription au niveau des textes, que tu fais également Maxence. C’est-à-dire que votre vidéo, vous l’envoyez à un prestataire externe, pour qu’il fasse retranscrire à l’écrit. Ça vous servira pour deux choses, non seulement pour le référencement Google, puisque vous pouvez la rentrer dans vos sous-titres, ça sera encore plus intéressant au niveau du référencement de votre vidéo ; mais en plus, vous pourrez vous en resservir pour faire un article sur votre blog, si vous avez un blog, ou même pourquoi pas une publication Facebook.

 

Maxence Rigottier : Alors, je voulais revenir sur deux petits points qu’a évoqués Franck. Pour moi, c’est extrêmement compliqué de percer sur YouTube si vous êtes à moins de deux vidéos par semaine. C’est ce que j’enseigne, je dis systématiquement aux membres de mon club privé : la base, c’est deux vidéos par semaine. Si vous pouvez en faire plus, c’est mieux, notamment si vous démarrez pour un petit peu exister aux yeux de YouTube. Ensuite, la deuxième chose… combien tu paies grosso modo la transcription texte. Moi, c’est 100 € les 120 minutes de vidéos. Par exemple, si j’ai 10 vidéos de 12 minutes, je l’envoie, je paie 100 €.

 

Franck Maes : Je crois que c’est ça à peu près. Au dépar je comparais beaucoup, maintenant je sais que le prestataire n’était pas cher, je l’ai gardé. C’est à peu près ça je crois. Je passe par un organisme externe qui s’appelle Ilodata, je ne sais pas si tu connais.

 

Maxence Rigottier : C’est à Madagascar.

 

Franck Maes : Oui, c’est à Madagascar.

 

Maxence Rigottier : Je connais de nom, mais je n’ai pas utilisé.

 

Franck Maes : C’est pas mal, franchement, ça fait le taf. Ce n’est pas cher, ils répondent vite, c’est bien.

 

Maxence Rigottier : Donc, Ilodata Madagascar pour les transcriptions.

 

Franck Maes : Donc ça, c’était pour la lettre R, puisqu’il y a deux R.

 

  • Contenu

 

Le C, c’est pour votre contenu, le contenu de la vidéo. Il ne faut pas négliger le contenu. On peut être aussi bon qu’on veut, mais le contenu, c’est important. Donc, essayer de faire un message clair et simple. Il ne faut pas mettre plusieurs informations dans le message, ça c’est important. Moi je privilégie la mise en scène au niveau de mes vidéos. Vous n’êtes pas obligé de le faire, je privilégie, parce que ça permet de marquer son identité visuelle. Marquer son identité visuelle surtout à l’heure actuelle, c’est ce qu’il y a de plus important, marquer son style. Comme on disait au début de la vidéo, Maxence, il a son style : on veut du cash ! Ça c’est son style, on sait que les gens le reconnaissent pour ça, il est apprécié pour ça. Ça c’est important. Ça c’est vraiment le contenu de la vidéo. Essayer délivrer un message clair et simple, mais une information dans votre vidéo. N’essayez pas de parler de 12 000 choses. Faites plutôt 12 000 vidéos si vous avez 12 000 sujets. Donc, essayer une vidéo, un message, une information. Ça c’est pour le C.

 

  • Communication

 

Le dernier C de la méthode ARRCC, c’est la communication. Il y a beaucoup de gens, ils publient une vidéo sur YouTube, puis ils se disent : c’est cool, j’ai fait toutes les étapes précédentes. Déjà, la première chose, c’est que vous avez une petite case à cocher au moment où vous publiez votre vidéo sur YouTube, qui s’appelle La partager sur Google+ et Twitter. Il y a plein de gens qui ne le font pas. Il suffit juste de cocher la case, et elle est automatiquement en même temps publiée sur Google+ et sur Twitter. En plus, ce qu’il faut savoir, c’est que comme YouTube a été rachetée par Google, si vous la partagez sur Google+, c’est bien pour le référencement, parce qu’ils veulent mettre en avant Google+, parce que ça ne marche très bien. Vous avez juste un petit clic à faire. Si vous n’avez pas de compte Twitter, moi je n’utilise pas Twitter, j’ai juste créé un compte twitter pour re-twitter automatiquement mes vidéos dessus. Et des fois j’ai des partages sur Twitter donc forcément, j’engage plus de gens.

 

L’autre chose à faire, si vous avez Facebook, partagez-la sur Facebook. C’est tout simple à faire mais partagez-la de temps en temps sur Facebook, même revenez en arrière, de temps en temps repartagez d’anciennes vidéos à des heures différentes, vous les partagez sur les réseaux sociaux. Si vous avez un blog, partagez-la sur votre blog. Si vous avez des amis, dites à vos amis : est-ce que tu peux partager ma vidéo, ainsi de suite. Donc, c’est important de communiquer, et la communication, des fois les gens, juste ils publient, puis ils attendent que ça se passe. Ben non, il faut aussi communiquer dessus. Voilà pour la méthode ARRCC.

 

Maxence Rigottier : Souvenez-vous, opération partout, comme on a dû le voir dans le week-end. À partir du moment où vous avez des réseaux sociaux, un blocg, une liste e-mail, il faut que les personnes, vous vous êtes cassé le cul à faire du contenu des vidéos, ce serait con de se dire : je vais tout faire pour que le moins de personnes puissent la voir. C’est l’inverse, il faut tout faire pour que le maximum de personnes puisse la voir.

 

Franck Maes : Et surtout que c’est un chemin. Une fois, j’ai fait un atelier avec des entrepreneurs, où je parlais des principes forts de la vidéo, pas forcément que de YouTube, mais où je parlais des principes forts de la vidéo. Et je leur ai dit : Qui a une chaîne YouTube ? Il y avait 10 entrepreneurs de TPE PME, et il y a à peu près quatre ou cinq personnes sur 15 personnes qui ont levé la main et qui ont dit : moi j’ai une chaîne YouTube. Donc déjà, un tiers.

 

Maxence Rigottier : Gros problème en 2017 si vous n’avez pas de chaîne YouTube, c’est dommage.

 

Franck Maes : Après, j’ai continué en leur disant, ceux qui ont une chaîne YouTube, quel est votre rythme de publication ? Ils m’ont dit : on a publié une vidéo, la vidéo de présentation.

 

Maxence Rigottier : Il y a six mois.

 

Franck Maes : Donc, je leur disais : Ok les gars mais si vous avez une chaîne YouTube mais que vous ne vous-en occupez pas ; c’est comme si vous avez un site marchand, et vous avez fait le plus beau site du monde, vous l’avez publié, vous attendez que les clients, ils viennent. Non, il faut travailler le référencement, il faut travailler le contenu, il faut travailler les titres, il faut travailler la description, le marketing, c’est très important. Il faut travailler tout ça. Une fois que vous avez fait votre vidéo, que vous l’avez publiée, vous vous dites : ouf, c’est cool, j’ai fait le maximum de mon travail, j’ai fait le plus dur. Mais non, vous êtes à 50% du chemin. Donc, il faut vraiment penser à toutes ces étapes là.

 

Maxence Rigottier : Également, il y a peut-être une question qui vous traverse l’esprit, vous dites : Merci Franck, est-ce que tu délègues le montage vidéo ? Est-ce que c’est toi qui le fais ? Est-ce que tu délègues les publications que tu viens d’évoquer juste avant ? Si tu délègues, quelle est à peu près l’estimation globale d’une vidéo ? Moi je vous donne mon exemple personnel, parce que tout est délégué. Le montage, les publications, la transcription, la vignette. La vignette, je paie 10 € pour un graphiste par vidéo. Et le montage, la transcription, les publications, les annotations. Bref, le all inclusive, j’estime de manière générale une vidéo à peu près comme on fait maintenant, j’investis 50 €. Ça vous donne un exemple.

 

Franck Maes : En fait, moi j’aime bien prendre la tête à écrire les titres, à faire les descriptions, à les peaufiner.

 

Maxence Rigottier : C’est la seule chose que je fais, c’est que j’écris quand même les titres. C’est le seul truc.

 

Franck Maes : La description, je l’ai automatisée avec les paramètres de YouTube, paramètre de mise en ligne automatique. Je suis comme toi en fait, mais moi, je ne paie pas mon graphiste à la vignette, je le paie en global, parce que j’ai tous mes e-books chez lui, donc je ne peux pas faire un titre à la vignette. Mais effectivement, c’est mon graphiste qui le fait. Par contre, le montage. Ah oui, il y a un truc que j’ai oublié de dire tout à l’heure, un autre truc qui est important pour votre chaîne YouTube, essayez d’avoir des playlists différentes. Parce que moi par exemple sur ma chaîne Youtube, j’ai cinq playlists différentes. J’ai la playlist Test de matériel, où je teste du matériel. Je suis assis à une table, je teste du matériel, parce que ma chaîne parle essentiellement de vidéo. J’ai la deuxième playlist qui s’appelle les vidéos créatives, c’est-à-dire que je mets en scène, je fais des scénarios où j’explique un principe de vidéo, mais où je mets en scène ce principe. Donc, c’est un petit peu des courts métrages. La troisième playlist, c’est des interviews. La quatrième playlist, c’est une playlist qui s’appelle : Motive-toi, où je parle de développement personnel ou des expériences qui me sont arrivées, c’est du storytelling, donc comment raconter des histoires. Parce que ça aussi, c’est important de raconter des histoires dans les vidéos. Pas de raconter des histoires dans le terme de raconter des histoires en mentant, mais de raconter des histoires qui vous sont arrivées pour les mettre en scène et raconter aux gens ce qui se passe, et grâce à ce principe-là, ils peuvent s’identifier. Le fait d’avoir des playlists différentes, ça permet de toucher un public plus large. Ma dernière playlist, c’est la vidéo du samedi où en fait, j’explique pendant deux minutes un mot ou un concept pendant deux minutes sur fond blanc, mais que ce soit n’importe quel type de concept. D’ailleurs, pour info, c’est cette playlist-là qui engage le plus de personnes, parce que depuis mes dernières stats, j’avais 12% d’engagement sur cette playlist.

 

Maxence Rigottier : Pourquoi tu dis engagement ? Des gens qui après s’inscrivent sur ta liste e-mails ou qui achètent?

 

Franck Maes : Non, vraiment l’engagement. C’est-à-dire l’engagement par rapport à YouTube. J’ai 12 personnes sur 100 qui me laissent, soit un like, soit un dislike, soit un commentaire.

 

Maxence Rigottier : Ah oui, c’est le gros poteau. Je ne sais pas les miens en score, mais je pense à 99%.

 

Franck Maes : Oui, 12% sur la vidéo du samedi et j’ai 9% sur les vidéos créatives où je mets en scène le…

 

Maxence Rigottier : Et c’est dans quel paramètre ?

 

Franck Maes : Ça, c’est avec un logiciel qui s’appelle VidiTube, tu peux le voir.

 

Maxence Rigottier : Ok, je l’installe. Qui est payant ou gratuit ?

 

Franck Maes : Qui est gratuit mais tu ne peux pas avoir toutes les fonctions. Mais sinon, il est payant.

 

Maxence Rigottier : Et c’est combien ? 10 $ ou 100 $ ?

 

Franck Maes : 50 $ par mois. C’est un peu l’équivalent de Tubidy. J’utilise Tubidy et VidiTube, je les complète. D’ailleurs, j’avais fait une conférence pour ma petite anecdote, Maxence, c’était marrant ça. J’ai fait une conférence où j’expliquais des principes sur YouTube. Dans cette analyse-là, VidiTube, tu peux choisir d’analyser les chaînes de tes concurrents. Tu étais dedans. Et dedans, j’ai comparé parce qu’on peut voir ton pourcentage de croissance par rapport à tes abonnés et tes vues. Moi ce que j’explique souvent aux gens, c’est par exemple ils se comparent à des gens qui ont des millions de vues ou des millions d’abonnés. Moi je me compare à des gens qui sont à peu près à mon niveau. Et j’avais comparé ta chaîne à la mienne. En fait, tu avais un pourcentage de croissance par abonné qui était plus élevé, mais j’avais un pourcentage de croissance par vue qui était plus élevé, mais au ratio de ma chaîne en fait. C’est en globalité, c’était intéressant. On avait fait le rapport et d’ailleurs, on t’avait cité dans la conférence. C’est important d’avoir des playlists aussi parce que ça permet de pouvoir toucher plus de personnes. Si vous faites un exemple très simple, vous faites une chaîne sur la cuisine. Si vous ne faites que des vidéos qui parlent de recette, ça va être bien, mais imaginons qu’on n’a pas envie de faire de recette, mais plutôt qu’on a envie d’acheter des ustensiles de cuisine. Faites une playlist ustensiles de cuisine, comme ça vous avez plusieurs styles de vidéos qui peuvent plaire à plusieurs types de personnes. Donc, vous ramenez plus de personnes.

 

Maxence Rigottier : Puis, le truc tout con, comme j’aime bien le dire. Moi j’ai différentes playlists, je dois en avoir sur cette chaîne YouTube là Business, peut-être 8 ou 9. Quelqu’un démarre une playlist témoignage client vidéo, je dois en avoir à peu près 17, ce serait con d’arrêter de ne pas lui permettre de voir le deuxième, troisième et quatrième. C’est ça qui est bien pareil. Les interviews, je dois être pas loin de 100. Si quelqu’un démarre, au moins, il a la playlist de quel est la nouvelle interview que j’aimerais bien voir prochainement dans toute la liste. Ça c’est important.

 

Franck Maes : C’est important, et les gens ne le font pas forcément. Je pense que c’est super important de faire des playlists qui sont différentes parce que ça te permet de toucher… Moi je sais que par exemple, la vidéo du samedi, ce n’est pas quelque chose que j’aime particulièrement faire. Et je m’étais dit : oui, ça ne marche pas. Ça fait 28 ou 29 semaines de suite que je publie tous les samedis, qui s’appelle la vidéo du samedi. Je commence tout le temps la vidéo pareil : bonjour, bienvenue dans la vidéo du samedi. Plusieurs fois, j’ai croisé des gens à des séminaires ou à des rencontres qui m’ont dit : je kiffe la vidéo du samedi. C’est clair, c’est rapide, c’est concis. Donc, comme quoi, ce que vous pouvez avoir comme impression, vous, chez vous quand vous le faites, et le ressenti des gens est très différent. Donc, ne vous écoutez pas trop, allez plutôt au contact des gens, et écoutez leur retour, c’est assez important.

 

En fait, la question, c’était par rapport au montage. Mais je n’ai pas répondu à cette question-là. En fait le montage, moi je fais le montage, c’est mon métier. Donc, je fais le montage de toutes mes vidéos qui nécessitent une certaine patte artistique, un certain style de montage. Mais tout ce qui est montage industriel assez simple, je le délègue. Donc en fait…

 

Maxence Rigottier : Si c’est artistique, compliqué, c’est bibi, c’est toi. Si c’est plutôt soft, simple, là tu le délègues.

 

Franck Maes : Exactement, parce que je prends plaisir à faire mon montage en fait.

 

Maxence Rigottier : C’est logique, c’est un peu ton métier en quelques sortes. Donc, juste une petite précision que je voulais évoquer, si vous avez une chaîne YouTube, ce que je vous invite à faire, c’est d’utiliser aussi les mots-clés. Quels sont les différents mots-clés ? C’est tout simplement quand vous allez sur Google, on va prendre l’exemple de la cuisine, si vous avez comment faire un gâteau au chocolat, vous allez tout en bas de la page sur Google, vous avez ce qu’on appelle les recherches associées. Ces différentes recherches, c’est des mots-clés. Si vous les mettez dans les mots-clés de votre vidéo YouTube concernée, ils vont vous propulser dans les buts. Il y a vraiment de quoi faire la croissance. Donc moi, c’était un conseil que m’a donné Théophile Eliet il y a deux mois. Et ma chaîne a augmenté de 50% en vues. J’ai kiffé, j’ai délégué les tags, et je me suis dit ; par contre la stratégie, ça va légèrement m’enrichir de X dizaines de milliers d’euros. Donc, c’est pour vous donner un ordre d’idée. Ce mindset de mots-clés surtout, de faire aussi des vidéos qui paient sur le long terme, ça c’est important.

 

Donc, merci d’avoir suivi cette vidéo, si vous l’avez apprécié, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. Merci une nouvelle fois. Juste avant de vous laisser, je vous invite à télécharger une vidéo bonus, c’est une vidéo privée où j’explique comment je gagne plus de 230 000 € au cours des douze derniers mois. Donc, il y a un lien à l’intérieur de la vidéo YouTube. Cliquez sur ce lien, ça va vous rediriger vers une autre page où il suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse e-mail. Donc vous allez savoir comment je gagne de l’argent avec mes chaînes YouTube, mes pages Facebook, mes sites web. Si vous regardez cette vidéo depuis YouTube ou un Smartphone, il y a le i comme info en haut à droite de la vidéo ou encore tout est dans la description juste en dessous. Et je mettrai la chaîne YouTube de Franck en lien.

 

Franck Maes : Il est réglé comme une pendule. C’est de l’horlogerie.

 

Maxence Rigottier : En mode machine. À tout de suite.

 

Franck Maes : Juste pour finir, je peux ? On a trouvé un nouveau surnom pour Maxence. On va l’appeler, le rentabilisateur.

 

Maxence Rigottier : Parce qu’en fait, pour la petite anecdote, le petit bêtisier, Franck me dit – ce n’est pas le seul – : C’est impressionnant, à chaque fois que tu te rends à un séminaire, tu rentabilises, tu écoutes les intervenants. Ensuite, pendant les pauses, boom, tu interviewes les gens, comme ça, tu te fais ton contenu pour ta chaîne Youtube. Donc on m’a donné ce petit surnom…

 

Franck Maes : Le rentabilisateur.

 

Maxence Rigottier : Donc, merci, et à tout de suite pour la vidéo bonus. Donc, je vous l’envoie directement dans votre boîte e-mail dès que vous avez laissé votre prénom et votre adresse e-mail. À tout de suite, bye bye !

Technique de vente pour vendre des produits chers

http://travailler-a-domicile.fr/conseils-travail-domicile/prospecter-vendre/technique-de-vente-pour-vendre-des-produits-chers/

La vente basée sur la valeur, c’est découvrir pourquoi et comment votre offre va apporter un bénéfice à votre client. Cette technique de vente a pour objectif d’expliquer la valeur d’une offre dans des termes que le client va comprendre et apprécier. Pour réaliser des ventes en se basant sur la valeur, vous devez renforcer […]

Cet article Technique de vente pour vendre des produits chers est apparu en premier sur Travail a domicile.

De 0 à 150 000 EUROS en 6 MOIS en PARTANT de 0 avec 1 CHAÎNE YOUTUBE ! (Khéireddine Matt) BOURSE

https://vivre-de-son-site-internet.com/150000-euros-bourse-youtube/

Transcription – De 0 à 150 000 EUROS en 6 MOIS en PARTANT de 0 avec 1 CHAÎNE YOUTUBE ! (Khéireddine Matt) BOURSE 

De 0 à 150 000€ en six mois sur la bourse.

Je suis actuellement avec Matt, on va voir tout ça en détails dans cette vidéo et surtout, qu’est-ce qu’il a mis en place pour avoir une succès story en seulement quelques semaines, notamment à travers sa chaîne Youtube.

Juste avant de voir tout ça en détails dans cette vidéo, cliquez bien sur le bouton « s’abonner » pour rejoindre plusieurs milliers d’entrepreneurs abonnés à la chaîne Youtube.

Maxence : Salut Matt, est-ce que tu peux rapidement te présenter, puis on va revenir en détails sur ta succès story sur le trading, la bourse et ensuite, on va aussi voir en quoi tu es arrivé à polariser ton audience.

Matthieu : Salut Maxence ! Moi, je suis Matthieu, auteur du blog trading-formation.fr. Ça fait deux ans que je fais du trading. Si tu veux, il y a deux ans, j’ai eu un licenciement économique. J’étais salarié en CDI. J’étais dans le traintrain quotidien, métro, boulot, dodo, impôts et ennui.

Maxence : « Métro, boulot, dodo, ennui, impôts », excellent.

Matthieu : J’ai eu un licenciement économique et je ne voulais pas retourner dans le salariat. J’avais déjà quelques notions au niveau de la bourse, du trading en particulier. Du coup, je me suis mis à me former, à me trader jour et nuit, matin, midi et soir pendant un an pour acquérir l’expérience et la dextérité que j’ai acquis aujourd’hui. Ce que j’ai fait, c’est que je voulais partager aussi ce domaine, parce que c’est vrai que « le peuple d’en bas » n’est pas au courant qu’il y a des banques qui embauchent des traders pour augmenter leurs capitaux et ça, dans leur dos. La seule chose qu’on leur propose, c’est des assurances vie, maximum 3% et le livret A à 0,00001%. Tu ne peux pas atteindre ta liberté financière avec le livret A, c’est impossible. J’ai publié mes premiers résultats de trades sur les réseaux sociaux. Ça a suscité de la curiosité et un engouement, du coup je me suis dit : « Tiens, je vais sortir une formation, comme ça, ça va aider les gens à être libres financièrement ». J’ai fait une première vidéo sur Youtube, une vidéo virale et c’est sur Youtube que je suis né.

Maxence : C’est ça qui t’as permis de te lancer.

Matthieu : Exactement.

Maxence : Donc, on va voir point par point, site web, facebook, Youtube. Première question que vous-vous posez certainement : « Quel est le trafic de ton site web et combien as-tu d’inscrits à ta liste email ? ».

Matthieu : Mon site web fait entre 500 et 2000 visiteurs par jour. Je n’ai seulement que quatre articles.

Maxence : Là, vous vous dites : « Wow, comment c’est possible ? Seulement quatre articles et 500 à 2000 visites par jour ».

Matthieu : Comme je te le disais tout à l’heure, il suffit juste de faire au moins une vidéo mais une vidéo… Moi, c’est vrai que dans ma niche, il fallait que je fasse une vidéo qui dure au moins une heure de temps. Mais il suffit juste d’une vidéo où tu donnes beaucoup de viande, où tu expliques bien les choses et surtout d’une manière très simple et ne pas essayer de faire compliqué pour paraître comme un politicien ou comme un avocat. Tu fais en sorte de simplifier ta niche, simplifier ton domaine, simplifier ton discours. Donner beaucoup de viande, beaucoup de techniques et de stratégies et de là, ta vidéo va devenir virale. Il te suffit juste d’une vidéo, tu le plug à un article et c’est largement suffisant. Je n’avais posté que deux vidéos avec un petit article en dessous et deux autres articles. Donc juste quatre articles et grâce à Youtube, ça génère entre 500 et 2000 visiteurs par jour.

Maxence : Très intéressant et surtout, tu as déjà un flux de trafic qui est sympathique.

Matthieu : Et ma chaîne Youtube…

Maxence : Juste avant qu’on voie Youtube, quelle est la taille de ta liste email, le nombre d’inscrits par jour à ta mailing list ?

Matthieu : Là, au jour d’aujourd’hui, depuis le mois de juin, ça fait à peu près six mois, je suis déjà à 6000 mails qualifiés.

Maxence : 6000 mails ? Excellent. Et combien de nouveaux inscrits par jour ?

Matthieu : Je suis entre 35 et 45 nouveaux inscrits par jour du lundi au dimanche.

Maxence : D’accord. Ce qui te permet d’avoir plus de 1000 nouveaux prospects par mois. Ce sont les nouveaux inscrits qui sont l’oxygène de votre entreprise et qui vont vous permettre d’avoir des euros régulièrement ou alors augmenter vos ventes à travers les gros lancements, des webinars, des facebook live, des Youtube live. Bref, tous les outils marketing de vente sur le web.

Alors, vis-à-vis de Youtube, tu as publié combien de vidéos ? On a vu tout à l’heure. Au moment où vous avez visionné cette vidéo, tu auras déjà plus de 350 000 vues. Alors, combien de vidéos as-tu publié ?

Matthieu : Déjà, quand j’ai atteint les 200 000 vues, je n’avais publié que trois vidéos.

Maxence : Trois vidéos, 200 000 vues !

Matthieu : Exactement. Deux vidéos virales, on va dire même trois vidéos virales et ça a généré 200 000 vues. Aujourd’hui, je dois être à huit vidéos à peine. Seulement huit vidéos pour avoir généré les 335 000 vues qu’on a vues tout à l’heure.

Maxence : Quelles sont les clés, et également, on n’a pas précisé, tu es déjà à 4000 abonnés Youtube. Quelles sont les clés pour déclencher cette viralité ?

Matthieu : Les clés, c’est d’avoir un personnage totalement décalé de ton produit et de ta niche et surtout, un personnage qui va te renvoyer une image très forte. L’image que tu vas renvoyer va directement faire des montagnes russes au niveau émotionnel chez ton interlocuteur. Donc, pour être viral, il faut être choquant, percutant et décalé de ta niche, de tes concurrents surtout.

Maxence : Par rapport à Youtube, comment ça t’es venu l’idée du bonnet, des lunettes, fuck, euro/dollar. Comment ça t’es venu cette idée de les mettre en place dans tes vidéos et surtout de dépasser ta peur du jugement.

Matthieu : Déjà, la peur du jugement. Quand tu es dans la vie de tous les jours, quand tu sors de chez toi, selon comment tu t’habilles, le paraître que tu dégages, t’es déjà dans le jugement. Ça déjà, tu y es habitué. Le jugement, tu le rencontres tous les jours. Quand tu vas prendre ton bus, quand tu vas aller à l’école, quand tu vas aller sur ton lieu de travail, tu seras déjà jugé par rapport à ton apparence. Donc, on peut le mettre de côté. Maintenant, comment m’est venu le slogan. Par exemple moi, « fuck, euro et USD » c’est parce que lorsque j’ai rencontré le monde du trading et que j’ai vu la quantité d’argent qu’il générait en un jour, je me suis dit : « What’s the fuck ? » et c’est de là qu’est sorti le mot « fuck ». Et pourquoi « euro-USD », parce que dans le monde du Forex, c’est l’une des paires les plus connues et des plus traidées. Donc, je me suis dit, je vais m’appeler « Fuck Euro/USD ». Mais je savais aussi qu’au niveau du marketing, ça allait être très puissant et très émotionnel. C’est pour ça que j’ai choisi ce slogan « Fuck Euro-USD ».

Maxence : D’accord. C’est ça aussi qui te permet d’avoir ce côté viral, c’est que tu as des centaines de partages. Grosse division quand quelqu’un regarde ta vidéo.

Matthieu : Exactement, c’est super important de polariser son message parce que c’est en polarisant son message que tu vas créer des camps. En fait, soit les gens vont t’aimer, soit ils vont te détester mais lorsqu’ils t’aiment, c’est pour la vie.

Maxence : Donc, avoir des fans inconditionnels et vous avez votre entreprise qui est au succès.

Matthieu : Voilà. Surtout des fans qui vont adhérer à votre message. Tu sais, quand tu lances une entreprise sur le web, pour fédérer une audience, il faut que les gens se reconnaissent dans ton slogan. C’est ton slogan qui va fédérer ton audience. Ton audience va grandir et grandir, parce que le slogan que tu auras choisi sera super fort émotionnellement.

Maxence : Ok. Par rapport à facebook, combien tu as de personnes qui sont fans de ta page ?

Matthieu : La dernière fois que j’ai regardé, on était à 2300.

Maxence : 2300 personnes. Pour récapituler, entre 500 et 2000 visites par jour sur ton site web. Une liste d’emails de 6000 personnes. Entre 35 et 45 nouveaux inscrits par jour. Une chaîne Youtube à 350 000 vues et 4000 abonnés à ta chaîne Youtube en l’espace de six mois. Seulement neuf petites vidéos. 2300 personnes sur facebook. Là, vous-vous dites peut-être : « Comment tu as monétisé ton audience, comment ça t’es venu l’idée de créer un produit d’information ? Quel est le tarif que tu vends ? Explique-nous tout.

Matthieu : Lorsque je me suis mis à fond dans le trading, j’ai commencé à publier mes résultats sur les réseaux sociaux pour dire aux gens voilà ce qui existe, voilà ce que vous pouvez faire. Regardez mes résultats, c’est incroyable. Du coup, ça a suscité beaucoup de curiosité. Les messages que je recevais, c’étaient : « S’il-te-plait Matthieu, dis-moi comment tu fais. Aide-moi. Je veux que tu sois mon mentor. Montre-moi tous tes secrets, comment ça se fait que tu arrives à traider. Comment ça se fait que t’arrives à faire 1000€ par jour ». C’est de là que j’ai eu l’idée de faire une formation et de vendre ce produit qui répondait à un gros besoin qui est en train de se créer en face de mes yeux. Voilà comment j’ai vendu cette formation.

J’ai commencé au mois de juin. Quel est le schéma ? J’ai fait deux vidéos virales sur Youtube. De Youtube, ils ont été redirigés vers facebook où j’avais publié mes résultats et de là, on m’a fait des requêtes. On m’a demandé une formation pour qu’ils puissent avoir le même savoir que moi et j’ai sorti ma formation. Et je peux te dire que, par exemple dans mon cas, lorsque j’ai créé ma page de vente et que j’ai cliqué sur « upload page de vente », en une heure, j’ai généré 50 inscriptions à 487€.

Maxence : Donc, 50 000€ en l’espace d’une heure lorsque tu as lancé ton produit.

Matthieu : Voilà. Ma vie a changé.

Maxence : Sans email, sans lancement. Juste….

Matthieu : Je n’ai fait aucune campagne marketing. Tout est venu de Youtube et de facebook. Je n’ai fait zéro compagne email ou marketing sur ma liste email. Tout est venu de Youtube et facebook. Et moi, je suis devenu, libre financièrement en une heure de temps.

Maxence : Tu as halluciné non ?

Matthieu : Oui, j’ai halluciné. J’ai eu des vertiges et je suis tombé de ma chaise. Parce que pour moi, c’était irréel. C’était la première fois que j’ai généré 50 000€ en une heure. Un salarié basique par an, quand tu rassembles ses douze de salaire, combien il gagne ?

Maxence : Entre 15 et 21 000€ à peu près.

Matthieu : Là, dis-toi que j’ai généré 50 000€ en une heure.

Maxence : Ça fait deux ans de travail.

Matthieu : J’étais chez moi, sur le même canapé où on est là, en slip. Tu te rends compte ? C’est incroyable.

Maxence : Oui, j’imagine. Ça a dû te choquer. Du coup, tu as seulement un produit ? Tu as d’autres produits, tu vends des trades ?

Matthieu : J’ai un produit, c’est ma formation où tu as plusieurs modules qui coûte 487€. Sinon, pour ceux qui savent déjà trader, pour les initiés, pour les tradeurs qui savent déjà traider, je vends un service de mes trades, donc de signaux. Donc j’envoie mes positions. Les gens peuvent prendre les mêmes trades que moi, en même temps que moi. Ça, c’est un service que je facture 70€ par mois à vie et tu arrêtes quand tu en as envie.

Maxence : D’accord. Là, pareil, tu as une centaine de personnes déjà qui sont dans le service ?

Matthieu : Dans le service ? J’ai à peu près 450 personnes qui ont acheté la formation à 487€ et à peu près 50 personnes qui sont dans le service à 70€ par mois.

Maxence : Ce qui est un gros ratio. Tu n’avais pas utilisé ta liste d’email.

Matthieu : Jamais.

Maxence : En tout cas, tu vas vraiment gagner encore plus en utilisant les coordonnées des gens.

Matthieu : Exactement. Là, je vais faire une grande campagne marketing sur ma liste des 6000 emails.

Maxence : Là on voit la puissance d’avoir une communauté et des fans, parce que le produit se vend sans avoir vendu. C’est ça l’importance de donner énormément de valeur dans les vidéos Youtube et tout ce que tu as fait.

Ok. Et par rapport à tout ce contenu, quel est le conseil que tu pourrais donner aux personnes qui sont souvent en panne de contenu ou pour arriver à donner le maximum de valeur en contenu gratuit ; limite contenu gratuit / contenu payant. Quelle est la frontière ?

Matthieu : Ce qu’il faut savoir, c’est que pour intéresser les gens, surtout pour les choquer et les interloquer et pour qu’ils aient envie de connaître la suite, il ne faut pas hésiter à donner 70% de votre savoir. C’est ce qui va faire en sorte que vous allez fédérer une audience, c’est que lors de votre première vidéo ou de votre premier article, il va falloir donner 70% de votre savoir. Ça va provoquer un sentiment émotionnel, une connexion émotionnelle entre vous et votre interlocuteur et obligatoirement, il va vouloir savoir qu’est-ce qu’il y a derrière les 70% du savoir que vous leur avez donné. Moi, c’est ce que j’ai fait. J’ai donné 70% de mon savoir. Du coup, la personne se sent obligée de savoir qu’est-ce qu’il y a derrière et lorsque vous allez proposer un autre article ou un produit, il y a 90% de chances que cette personne achète ce produit parce qu’elle a déjà été satisfaite d’avoir reçu autant d’informations gratuitement.

Maxence : Oui, c’est ce qu’appelle dans son livre, Robert Cialdini, la réciprocité où vous créez une dette à partir du moment où il y a quelqu’un qui vous a donné, à un moment donné, il y a le revers qui revient vers vous. Pourquoi ? Parce que tout simplement, si demain vous dépannez quelqu’un de dix restos d’affilée, à un moment donné, il se sent obligé de vous payer si vous lui demandez un coup de main, parce que vous lui avez créé une dette. C’est la même chose avec le contenu gratuit. C’est important de l’avoir toujours à l’esprit.

Vis-à-vis de facebook, tout à l’heure tu as évoqué, comme tu as très peu d’articles et peu de vidéos Youtube, est-ce que tu fais des citations ? Comment ça se passe pour alimenter ta page facebook ?

Matthieu : On dit que je suis spécialiste du punchline. Donc, si tu viens sur mon facebook, tu auras un mélange de punchlines ; par exemple mes punchlines préférés ce sont « Fuck le 49-3 » et « Fuck la loi du travail » parce que c’est dans l’actualité. J’ai fait exprès de faire ces slogans-là pour fédérer ma communauté, pour combattre les lois qui sont sorties via le trading. Et tu verras aussi 50% de témoignages : « Oui Matthieu, grâce à toi, j’ai fait 1000€ », « Oui Matthieu, grâce à toi, j’ai fait 4000€ ». Donc, tu vas avoir un mélange de punchlines avec des photos ou vidéos et un mélange de témoignages. Et ça, quand ton prospect – déjà, tu lui donnes 70% de ton savoir sur Youtube ; déjà là, tu l’as estomaqué. Ensuite, tu le renvoie vers ton facebook et là, il tombe sur des témoignages de fou et en plus de ça, en même temps de voir les témoignages, ils se mangent en pleine tronche des punchlines qu’il n’a jamais entendu et qui vont percuter son esprit – là tu l’as mis K.O. Tu peux être sûr que…

Maxence : Il va acheter, il va sortir la CB.

Matthieu : Tu peux être sûr qu’en 48 heures, il va sortir la CB.

Maxence : Oui, c’est ce qui est important. Alors, comment tu as mis en place tout cela ? Comment tu as cette idée, cet excellent marketing et surtout cette polarisation, cette différenciation dans ton marché.

Matthieu : Déjà, j’ai étudié mon marché et je regardais le comportement et le self branding de chaque acteur de ma niche. Je me suis aperçu que c’étaient des personnes déjà lisses qui n’avaient pas de slogan et qui n’avaient pas de message fort émotionnellement et qui ne dégageraient rien. Surtout, ils étaient très ennuyeux et tous en costard cravate, assis sur une chaise en train de trader dans leur chambre. Je me suis dit : « Ce n’est pas ce que j’ai ai envie de dégager. Ce que je veux, c’est de créer une communauté, créer un message, créer un slogan et créer un gros mouvement. Surtout être en décalage total de mon produit, de ma niche et de mes concurrents. Comme je te l’avais dit tout à l’heure, quand j’ai rencontré le monde du trading, la première phrase qu’est sortie de ma bouche, c’est « What’s the fuck » et j’ai fait mon marketing autour de ce gros mot qui est le mot « fuck ». Et je savais que ce mot-là allait choquer, percuter et rester dans la tête des gens. Et le plus important, quand tu te lances sur internet, c’est de faire en sorte que ton personnage ou ton slogan reste dans la tête des gens ad vitam aeternam. Les personnes, quand elles vont se coucher, elles doivent rêver de toi ; et quand elles se lèvent le matin, elles doivent rêver de toi. Même quand elles vont aux toilettes, il faut qu’elles rêvent de toi. C’est ce que j’ai mis en place et ça a fonctionné. Si tu n’as pas de slogan ni de personnage, si tu es trop lisse, ce n’est même pas la peine de sortir un produit sur internet ou d’espérer faire un euro sur internet. Tu es obligé d’avoir un slogan, d’être percutant et surtout d’être hyper différent de tes concurrents dans ta niche.

Maxence : Et vis-à-vis du slogan « Extrem Money », ça t’est venu comment dans l’esprit ?

Matthieu : Pourquoi j’ai fait un bac + 5 ? Pourquoi j’étais informaticien, etc. ? Parce que mes profs me disaient : « Si tu ne fais pas d’informatique, l’informatique c’est l’avenir. Si tu veux faire du gros argent, si tu veux faire beaucoup de sous, si tu veux avoir une bonne paie, il faut que tu fasses ton bac + 5. Il faut que tu fasses de l’informatique ». Et moi, depuis que je suis tout petit, j’ai toujours voulu faire de l’argent de manière extrême et quand j’ai rencontré le monde du trading, j’ai vu qu’on pouvait faire de l’argent de manière extrême. C’est pour ça que j’ai appelé la formation « Extrem Money », parce que c’est vraiment ça le concept, c’est apprendre à générer des sous de manière extrême.

Maxence : D’accord. Grosse promesse, gros slogan très fort.

Matthieu : Et gros témoignage de mes clients qui me disent : « Oui, Matthieu, grâce à toi, j’ai fait de l’argent Extrême ». Et tu vois, avec les témoignages, tu n’as même plus besoin de faire de la pub, parce qu’en fait, c’est ton client qui fait la pub de ton produit par le biais de son témoignage. Si tu vends un produit qui n’a pas de résultat, c’est qu’en gros, tu as fait le mytho. C’est pour ça qu’il faut bien réfléchir à ce que vous vendez. Si le produit marche pour vous, obligatoirement, il marchera pour vos clients. Mais il faut avoir un maximum de témoignages pour accroître et développer son chiffre d’affaires.

Maxence : C’est une des erreurs que je vois souvent dans différentes thématiques. Moi, je dois avoir pareil, une vingtaine de témoignages clients en vidéo. N’hésitez pas à aller dans la playlist « témoignage », parce que ce sont les témoignages qui vont faire décoller les résultats de votre business. Evidemment, tout le monde sait que si vous vendez votre produit, vous n’allez pas dire que c’est du n’importe quoi, vous allez dire qu’il est magique et extraordinaire. Mais les meilleurs commerciaux, ce sont vos clients, parce qu’il y a aussi les personnes qui vont se dire : « Si ce mec-là réussit » ou alors « Je me reconnais dans le message » ou « Je me retrouve son code », vous allez récupérer ces personnes-là en clients.

Matthieu : Absolument.

Maxence : Donc, toujours avoir cela en tête.

Si tu devais donner un conseil, pour finir sur une dernière question, à une personne qui souhaite se lancer sur Youtube, quel serait ce conseil ?

Matthieu : Le conseil déjà, c’est de savoir de quoi va-t-il parler pour être viral dès la première seconde en uploadant une vidéo sur Youtube. Parce que le plus important, c’est d’être viral dès la première apparition sur Youtube. C’est ce qui va faire que tu vas t’installer dans le paysage. Donc pour être viral, il faut que tu trouves un personnage qui est décalé encore une fois de ta niche et de ton produit, et surtout de trouver un slogan. Lorsque ton interlocuteur va te voir pour la première fois sur Youtube, qu’est-ce qu’il va retenir ? Il va retenir ton slogan, ce que tu lui proposes et ce que tu dégages. C’est pour ça qu’il est très important d’être percutant dès la première vidéo. Et si tu es percutant dans ces premières vidéos, tu vas récolter des partages et là, tu vas t’installer dans le paysage. A toute personne qui veut se lancer sur Youtube, ce sont les conseils que je donne.

Maxence : D’accord. Et comment tu as vaincu cette peur de première vidéo publiée sur Youtube pour la mettre en ligne ?

Matthieu : Tu sais, on a toujours cette peur d’avoir des critiques. Mais moi, quelle question je me suis posée ? Je me suis dit : « De toute manière, quand je sors de chez moi, je suis confronté à toutes les autres personnes qui sont dehors ». Donc, je suis déjà confronté à la critique et je suis habitué à ça lorsque je prends le bus, lorsque je prends ma voiture, lorsque je vais au travail, on est confronté à la critique. Je me suis dit si je suis confronté à la critique en dehors de chez moi, c’est exactement la même chose sur internet. Du coup, soit je reste dans ma situation, je reste au RSA et aspire à une vie misérable et une existence misérable, soit je publie ma vidéo et je change de vie. Moi, j’ai choisi de ne pas avoir une vie misérable ; j’ai publié ma vidéo et comme je te l’ai dit tout à l’heure, en une heure je suis devenu libre financièrement.

Maxence : Merci pour tes différents conseils. Si vous avez apprécié la vidéo, cliquez sur le petit pouce juste en dessous. N’hésitez pas à bien mettre en place les différents conseils qu’on a évoqués dans la vidéo. Je suis content de vous partager aussi des études de cas de toutes les thématiques, des fois des membres de mon Club Privé ou alors de points spécifiques, que ce soit de Youtube, du site web ou alors vis-à-vis de facebook. A chaque fois, vous prenez un pilier de ces trois actifs principaux et ça va faire une grosse différence sur le long terme.

Pour vous remercier d’avoir visionné cette vidéo, je vous invite à cliquer sur le lien à l’intérieur de la vidéo Youtube, ça va vous rediriger vers une autre page où il vous suffit juste d’indiquer votre prénom et votre adresse email. Vous allez recevoir cette vidéo bonus instantanément dans votre boite mail. Si vous voulez du cash, cliquez sur le lien à l’intérieur de la vidéo Youtube ; indiquez votre prénom et votre adresse email, vous allez recevoir cette vidéo privée instantanément dans votre boite email.

Ou encore, il y a le (i) comme info en haut à droite de la vidéo si vous visionnez cette vidéo depuis un smartphone ou Youtube ou alors tout est dans la description juste en dessous.

Et vous allez pouvoir retrouver Matthieu. J’ai mis les liens dans la description vis-à-vis de sa chaîne Youtube, sa page facebook ou encore de son site web.

Matthieu : On veut du cash !

Maxence : Oui, on veut du cash, donc à tout de suite de l’autre côté. Cliquez bien sur le lien et vous allez recevoir la vidéo bonus. N’hésitez pas à regarder dans les spams au cas où et bonne vidéo !

Bye bye !